Envoyez l'article par e-mail :

Aliapur ne veut pas de l’agrément éco-organisme

vendredi 23 mai 2014, par Alexandre Couto

L’Assemblée nationale envisage de rendre obligatoire pour les structures de responsabilité élargie du producteur comme Aliapur, qui revalorise les pneus usagés pour la filière, un agrément comportant des obligations contraignantes.

La filière de revalorisation des pneus usagés Aliapur, propriété des principaux producteurs de pneus, pourrait changer de statut pour devenir un éco-organisme agréé. C’est ce que proposent deux amendements portés par le gouvernement et par le groupe écologiste (EELV) à l’Assemblée nationale, adoptés en première lecture. Ces textes visent le changement de statut pour l’ensemble des filières de responsabilité élargie du producteur (REP), fondées sur le modèle pollueur-payeur. Cette initiative n’est pas du goût d’Éric Fabiew, directeur général d’Aliapur, qui regrette que la structure n’ait pas été consultée. « Si nous ne sommes pas hostile à un meilleur contrôle de nos objectifs, nous refusons catégoriquement que l’on nous impose des obligations de moyens », a-t-il soutenu, lors d’une rencontre avec la presse, à l’occasion du dixième anniversaire d’Aliapur. L’obligation d’agrément prévu par les textes imposerait près de 120 dispositions contraignantes pour l’organisme, et une prise de position de l’État sur le niveau de l’éco-contribution. « L’État nous a reproché d’avoir baissé l’éco-contribution, alors que tous les signaux sont au vert, déplore Éric Fabiew. Il nous a fait valoir qu’Aliapur n’a pas été conçu pour baisser les coûts pour les producteurs. »

Menace de fermeture. Une lettre, que le directeur général espère voir cosignée par les grands manufacturiers de pneus, sera envoyée aux ministères de l’Écologie et de l’Économie. L’enjeu est de taille, car Éric Fabiew pourrait proposer à ses actionnaires la fermeture pure et simple de la structure, si le texte est définitivement adopté, le 4 juin 2014. Entre 2004 et 2013, Aliapur a collecté et traité 400 millions de pneus usagés, dont 42 % ont été traité en valorisation matière (granulat, poudrette et compounds), et 41,5 % par le biais de la valorisation énergétique (combustible alternatif, principalement pour les cimenteries), le reste étant destiné au rechapage. La part de la valorisation matière a toutefois tendance à se réduire, faute de débouchés : en 2013, 28 % de la collecte était traité par les procédés de valorisation matière, contre 56 % pour la valorisation énergétique.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !