Envoyez l'article par e-mail :

Bollé délocalisée

BOUCLE_datearticle(ARTICLES) {id_article} {id_secteur IN 2, 3, 4, 39,40} {0,1}> mercredi 9 mars 2005, par Plastiques&Caoutchoucs Magazine

Bushnell Performance Optics va supprimer 58 emplois chez Bollé, installé à Arbent (Ain), concepteur et fabricant, par injection, de lunettes solaires, masques de sport (ski, cyclisme, automobile) et de lunettes de protection. La production et l’assemblage seront délocalisés en Asie du Sud-est. Seuls, restent, sur site, la fabrication de verres, le laboratoire et la structure de contrôle (les normes européennes sont spécifiques), ainsi que la fabrication de masques à air pour un client inter-technique, soit 10 personnes. La décision de délocalisation de Bollé a été imposée par les actionnaires, dont un fonds de pension américain, pour raison de rentabilité. La solution de transfert à Oyonnax de la plate-forme de distribution européenne, installée à Rotterdam (Hollande), un instant envisagée (elle aurait réduit à une vingtaine le nombre de licenciements prévus), n’a pas été acceptée par le board US. Présent dans 64 pays, Bushnell Performance Optics, spécialisé dans la lunette solaire (marques Bollé et Serengeti) et les instruments d’optique (jumelles, télémètres etc. ; marques Bushnell et Tasco), avait racheté Bollé à un autre groupe américain en 2000. Une large partie de la fabrication des lunettes de sécurité, autre activité de Bollé à l’époque, avait déjà été délocalisée, entraînant la disparition de sous-traitants. Avec la mort annoncée de Bollé, la lunetterie oyonnaxienne perd sa dernière marque emblématique, il est vrai déjà largement délocalisée par le fonds de pension américain actionnaire. Avec Berthet-Bondet, Airess, Bouvret et Bollé, le secteur a perdu plus de 500 emplois (hors disparition de sous-traitants) au cours des deux dernières années et ne pourrait bientôt plus compter qu’une centaine de personnes contre 1 500 il y a quinze ans. D’une manière plus générale, la lunetterie française paye le prix fort de la mondialisation : les jurassiens L’Amy (Morez), premier lunetier français, et Comotec (Saint-Laurent-en-Grandvaux), fabricant de composants, connaîtraient quelques difficultés et pourraient procéder à des suppressions d’emplois.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !