Envoyez l'article par e-mail :

Carrefour retire de la vente de la vaisselle réutilisable

jeudi 20 février 2020, par Arnaud Jadoul

Le distributeur commercialisait des assiettes et gobelets en plastique présentés comme lavables. Zéro Waste France avait dénoncé cette pratique.

Bonne ou mauvaise foi ? Carrefour vendait sous sa marque de distributeur des lots d’assiettes et gobelets en plastique, annoncés comme réutilisables. En effet, cette vaisselle était censée supporter vingt cycles en lave-vaisselle, conformément à une indication fournie par le ministère de l’Environnement en 2017 pour préciser les conditions d’interdiction à la suite de la loi de transition énergétique pour la croissance verte adoptée en 2015 et en vigueur depuis le 1er janvier 2020. Mais ces articles étaient proposés dans les rayons « vaisselle jetable » des magasins et une info tri sur le sachet indiquait dans quelle poubelle les jeter après utilisation. Autant d’éléments concourant à laisser penser à un usage unique.

Contournement de la réglementation

Méfiante, l’association Zéro Waste France (ZWF) a voulu vérifier. « Nous avons pris au mot l’étiquette et tenté de manger vingt fois dans ces assiettes en les passant régulièrement au lave-vaisselle. Résultat : dès le premier lavage, les assiettes ressortent légèrement déformées et cabossées. Après moins de dix utilisations, la plupart étaient fendues ou avaient pris la couleur et les traces de gras des aliments qu’elles avaient contenus », explique Laura Châtel, responsable du plaidoyer de ZWF.

D’en conclure à une « tentative grossière de contournement de la réglementation » et d’en appeler citoyens et gouvernement à se mobiliser pour ne pas tolérer ce type de pratique à travers, notamment, le hashtag #onlaissepaspasser sur Twitter, d’autant plus que l’enseigne a signé en 2019 le Pacte national sur les emballages plastique. Abondamment relayé sur les réseaux sociaux, l’appel a été entendu puisque Carrefour a fait savoir, également via Twitter, que cette vaisselle était retirée de la vente. Pour ZWF, « il faut faire cesser ces pratiques d’urgence pour éviter que les nombreuses interdictions qui suivront en 2021 ne soient pas elles aussi massivement contournées ».

Discrédit injuste

Du côté des fabricants, ce comportement suscite aussi la réprobation. Dans un communiqué, la Fédération de la plasturgie et des composites dénonce la pratique, tenant « à souligner, de la façon la plus claire, qu’elle s’en désolidarise ». D’ajouter : « D’évidence, les industriels et/ou distributeurs agissant de la sorte prennent le risque de discréditer injustement l’ensemble de la profession. Celle-ci, à l’inverse, a pour objectif de promouvoir les produits en plastique utiles, défendables et qui, par leurs qualités intrinsèques, rendent un vrai service à l’ensemble des consommateurs, en particulier dans le domaine de la réduction du gaspillage alimentaire et de la diminution de l’empreinte carbone. » Elle en profite pour rappeler le manifeste qu’elle a publié récemment, avec « des engagements clairs et volontaristes, soit autant de contributions à la construction d’une société bas carbone et d’une remise en cause maîtrisée des produits à usage unique ».

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !