Envoyez l'article par e-mail :

Collecte : les consignes peu claires d’Emmanuel Macron

mercredi 20 novembre 2019, par Fabian Tubiana

Cet article appartient aux thématiques :

Alors que la loi Économie circulaire arrive à l’Assemblée, le président de la République ménage la chèvre et le choux en introduisant la consigne à la carte.

Consigne ou pas consigne ? « Rien ne sera fait sans l’accord des maires », a en tous cas promis le 19 novembre le président de la République sur le « sujet particulièrement sensible de la mise en place d’une consigne pour les bouteilles en plastique ». A quelques mois des élections municipales, Emmanuel Macron est intervenu hier, à l’occasion du Congrès des maires de France, dans un débat qui oppose depuis plusieurs mois partisans et opposants au système. Mais on ne peut pas dire que ses consignes inondent de clarté les vifs débats qui s’annoncent encore au Parlement sur le projet de loi Économie circulaire.

Le texte, déjà passé devant les sénateurs, commence cette semaine à être examiné en commissions à l’Assemblée nationale avant d’arriver en séance plénière à partir du 9 décembre.

Devant la commission des Affaires économiques, Brune Poirson a assuré que les collectivités pourront « décider comment, où, et dans quelles conditions » le futur dispositif de consigne des emballages s’appliquera sur leur territoire. Toujours dans l’optique d’un système mixant consignes pour recyclage et pour réemploi, la secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire veut tracer « un chemin de transition » où le système de reprise des emballages en verre sera « adossé et financé par un système de reprise du plastique ». Saisie pour avis, la commission des Affaires économiques s’est prononcée, pour sa part, pour le rétablissement de la consigne pour recyclage.

L’exécutif donne ainsi « en même temps » des gages aux associations écologistes et à certaines organisations professionnelles persuadées que seule la consigne permettra d’atteindre les ambitieux objectifs européens en matière de collecte et aux élus locaux et aux recycleurs qui craignent de voir déstabiliser un système déjà en place et en cours de renforcement avec l’extension des consignes de tri. A l’Assemblée Brune Poirson a assuré aux collectivités qu’elles ne perdront pas « un euro par rapport à aujourd’hui » et que « tous les investissements seront maintenus » en rappelant que les coûts nets de la collecte et du traitement des emballages plastique sont "couverts à hauteur de 80 %".

Et de dédramatiser en expliquant que la consigne, représente simplement « un bac de plus » qui pourra être géré soit par les collectivités soit confié à un éco-organisme spécifique à but non lucratif.

Reste maintenant à savoir si, malgré ces annonces, les débats autour de la consigne continueront à occulter tous les autres et notamment ceux qui intéressent aussi la plasturgie comme des objectifs réalistes de réduction de l’usage unique ou d’incorporation de matières recyclées.

Photo : © Présidence de la République, Soazig de la Moissonnière

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !