Envoyez l'article par e-mail :

« Collecter plus pour intégrer plus de recyclé »

BOUCLE_datearticle(ARTICLES) {id_article} {id_secteur IN 2, 3, 4, 39,40} {0,1}> jeudi 31 mai 2018, par Fabian Tubiana

Cet article appartient aux thématiques :

C’est la Semaine européenne du Développement durable. L’occasion de revenir, avec Arnaud Rolland, directeur RSE de Coca-Cola European Partners France, sur les objectifs d’incorporation de plastique recyclé de la marque dans ses bouteilles en PET, alors que la secrétaire d’État Brune Poirson visite ce jeudi le site de recyclage Infineo de Sainte-Marie-la Blanche, prés de Beaune (Côte-d’Or).

Quelle proportion de PET recyclé intégrez-vous dans les bouteilles de vos marques ?

Nous en sommes aujourd’hui à 27 % d’incorporation dans toutes nos bouteilles. Notre objectif est d’atteindre les 50 % d’ici à 2025. Mais pour intégrer davantage de résine recyclée, il faut en collecter plus. Nous avons donc également l’ambition de collecter 100 % de nos bouteilles en plastique au même horizon. C’est dans les centres urbains que cette collecte est aujourd’hui la moins efficace. C’est pour cela que nous mettons en place un programme de renforcement du tri à Paris et Marseille dans le cadre du programme « Chaque bouteille compte » mené notamment avec Citéo, Danone et Nestlé. L’objectif est d’inciter les gens à faire le bon geste en installant des points de collecte additionnels : containers de type Trilib’, bacs de collecte ou automates selon les lieux. Nous prévoyons plusieurs campagnes de communication en 2018, en partenariat avec Citéo mais également en utilisant la notoriété de nos marques.

Quelles sont les conditions de la réussite en matière d’intégration de plastique recyclé ?

Il faut bien-sûr disposer d’un outil industriel performant notamment pour rendre la matière recyclée apte au contact alimentaire. Nous mettons en œuvre les meilleures techniques disponibles pour garantir une sécurité parfaite aux consommateurs même en utilisant d’anciennes bouteilles. L’autre question primordiale est celle de la disponibilité matière. Le marché du PET recyclé est très tendu car la demande excède l’offre. Il faut impérativement augmenter le taux de collecte dans les prochaines années. Il faut donner envie aux gens, donner du sens aussi en étant transparent, en leur montrant concrètement comment ça marche. C’est ce que nous faisons au sein du centre pédagogique Infinéo qui devrait accueillir son 8 000e visiteur fin juin et que visite ce 31 mai la secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire Brune Poirson.

Quels investissements ont été ou seront nécessaires ?

Nous avons créé en 2012 la coentreprise Infineo avec Plastipak et investi 8,7 millions d’euros pour créer une capacité industrielle additionnelle de 20 000 tonnes par an de r-PET. Utiliser du r-PET revient actuellement entre 5 et 10 % plus cher que de recourir à de la résine vierge. Plus nous collecterons de matière, plus son prix devrait baisser. Ce sont cependant plusieurs millions d’euros que nous devrons investir d’ici à 2025 pour atteindre notre objectif de 100 % de collecte, nous engager dans des campagnes de communication et doubler, en passant de 27 à 50 %, notre taux d’incorporation de plastique recyclé. C’est un vrai investissement pour l’avenir.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !