Envoyez l'article par e-mail :

Covid-19 : Michelin sur plusieurs fronts

jeudi 9 avril 2020, par Fabian Tubiana

Production de masques, de pièces pour respirateurs ou encore de visières, le manufacturier français multiplie les initiatives.

Un million de masques de protection réutilisables par semaine. C’est l’objectif de production que souhaite atteindre courant mai un collectif d’acteurs économiques de la région Auvergne-Rhône-Alpes qui rassemble le CEA, de grandes entreprises comme Michelin, ARaymond ou Schneider, des PME (Ouvry, Sofileta) ainsi que la mairie de Grenoble, la région, l’Agence régionale de santé (ARS), le CHU Grenoble Alpes, le préfecture de l’Isère, l’ordre des médecins et la Société française de médecine de catastrophe. L’initiative a été lancée par le collectif grenoblois Voc-Cov qui travaille depuis le 16 mars à la conception et au déploiement à grande échelle de ce type de masques baptisés Ocov. Ils sont conçus pour être réutilisables jusqu’à 100 fois grâce à leurs cinq filtres lavables et interchangeables. Ce sont des masques de de type FM (Face Mask) P1 ou P2 qui comprennent une pièce faciale souple qui recouvre le nez, la bouche et le menton. « La pièce faciale souple épouse la forme du visage et minimise donc le taux de fuite par rapport aux filtres FFP1 ou FFP2 ou d’autres masques lavables. Ocov assure une bonne étanchéité entre l’atmosphère ambiante et le visage du porteur (que sa peau soit sèche ou humide et lorsqu’il bouge la tête). Il apporte également un excellent confort dans la durée », détaille un communiqué.

Un million de masques par semaine

Le premier prototype a été mis au point par les équipes de Michelin et du CEA. La PME lyonnaise spécialisée dans les équipements de protection biologique et chimique a été choisie pour assurer l’industrialisation et la mise sur le marché du masque. Une présérie de 5 000 unités de cette première version est aujourd’hui en cours de fabrication. Objectif : 1 million de masques produits par semaine courant mai, et une production dépassant 5 millions d’ici à fin juin (soit l’équivalent de 500 millions de masques jetables actuels). 130 000 masques sont déjà aujourd’hui réservés. Michelin en offrira une partie aux Agences Régionales de Santé.

Notons que le fabriquant français de pneumatiques appartient au consortium mis sur pied autour d’Air Liquide Medical Systems pour la fabrication en urgence de 10 000 respirateurs artificiels. « Nous produisons depuis le 6 avril, grâce à la technique d’impression 3D SLA (stéréolythographie), des capteurs de pression qui doivent être changés à chaque patient. La capacité de production atteint 7 500 pièces par semaine », explique un représentant du groupe qui travaillerait également sur un autre projet de fabrication de respirateurs... A la demande de plusieurs hôpitaux français, Michelin vient également de commencer la production de visières en polycarbonate stérilisables. Dès la semaine prochaine, l’entreprise va coordonner la sous-traitance de 10 000 visières.

« Après une phase d’initialisation, Michelin va produire à terme, chaque semaine, dans ses ateliers ou en coordination avec des partenaires ou des sous-traitants, près de 400 000 masques chirurgicaux de catégorie 1. En Europe, dix sites ont déjà été retenus : parmi eux, La Combaude à Clermont-Ferrand (France), Olsztyn (Pologne) et Zalău (Roumanie). La capacité européenne se renforcera dans les semaines suivantes grâce au déploiement d’initiatives similaires en Amérique du Nord », indique un communiqué du manufacturier.

Des dividendes réduits de moitié

Le travail a en effet récemment repris au sein du site troyen de l’industriel consacré à la production, actuellement fort utile, de pneumatiques agricoles, ainsi qu’à Clermont-Ferrand et au Puy-en-Velay. On parle, au sein du groupe, d’un redémarrage partiel très progressif (10-15 % en volume de production aujourd’hui) selon les sites et, avec des mesures de protection très strictes. La majorité des effectifs reste cependant en activité partielle. En signe de solidarité, les gérants du Groupe, Florent Menegaux et Yves Chapot, ont choisi de réduire d’environ 25 % leur rémunération pour les mois d’avril et mai 2020. Ils ont également exprimé la volonté de renoncer à une partie de leur rémunération variable 2019 versée en 2020. Les membres du Comité exécutif ont eux décidé de baisser leur rémunération de 10 % durant la même période. « Cette baisse sera reconduite aussi longtemps que des salariés du Groupe se trouveront en situation d’activité partielle au motif de la crise sanitaire Covid-19 », indique-t-on chez Michelin. Les membres du conseil de surveillance font don d’un quart du montant de leurs jetons de présence reçus en 2020 à des fondations de leurs pays respectifs ayant pour objet la lutte contre le Covid 19.

Enfin, les dividendes seront réduits de près de 50 % (2 euros par action au lieu de 3.85 euros), « afin de tenir compte du contexte de la crise, mais de ne surtout pas en annuler ou en reporter le paiement ». « Plusieurs raisons ont motivé ce choix qui a été mûrement réfléchi et qui est rendu possible par les très bons résultats opérationnels de l’année 2019. Parmi d’autres, l’une d’elles est lié au fait que le Groupe compte une grande proportion de salariés et retraités Michelin et de petits actionnaires individuels » qui comptent sur ses revenus.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP