Envoyez l'article par e-mail :

Écoconception  : mode d’emploi

mercredi 5 juin 2019, par Fanny Perrin d’Arloz

Cet article appartient aux thématiques :

Le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire qui devrait passer début juillet en Conseil des ministres met notamment l’écoconception en avant. Tour d’horizon des initiatives dans la plasturgie.

D’ici à 2025, Coca-Cola European Partners s’est engagé à commercialiser des emballages 100 % recyclables, intégrant 50 % de plastique recyclé. Encourageant, cet exemple est loin d’être isolé. Progressivement, petites et grandes entreprises s’inscrivent dans une démarche d’écoconception pour satisfaire aux prises de conscience environnementales. SNT Thermoformage a par exemple mis au point l’Ecoplate, une assiette réutilisable rigide en PP garanti sans BPA. En janvier, Elipso, l’association des fabricants d’emballages plastiques et souples, rejoignait l’initiative Spice (Substainable Packaging Initiative for Cosmetics), cofondée par L’Oréal et Quantis, pour développer des emballages plus durables et réduire l’empreinte carbone des cosmétiques. Il faut dire que lois et directives accélèrent les mises en pratique, particulièrement pour remédier à l’usage unique.

La directive Single-use Plastics va, parmi de nombreuses mesures poussant à la massification de l’intégration de recyclé dans les produits et du recyclage mécanique et chimique, contraindre les metteurs en marché à fabriquer des bouteilles avec bouchon solidaire d’ici à 2024. En France, le groupe Roxane a déjà équipé ses marques Cristaline et Thonon. Le turbo est également mis dans l’automobile. «  L’ensemble de ses acteurs appréhende l’économie circulaire comme une source de revenu. Maintenant, ils cherchent à alléger le poids des véhicules pour minimiser la consommation de carburant et se penchent sur la fin de vie, des pare-chocs entre autres  », commente Christophe Deffrennes, coprésident de l’association Thermoformer qui estime par ailleurs que, de son côté, le secteur du bâtiment reste encore freiné par des soucis de collecte des déchets. Mais clairement, particulièrement dans l’emballage, l’écoconception devient incontournable pour répondre aux cahiers des charges et distancer la concurrence. «  La prise en compte de l’empreinte environnementale d’un produit ou d’un emballage devient au moins aussi importante que les critères habituels, à condition qu’elle ne les dégrade pas  », confirme Valentin Fournel, directeur R&D et services écoconception chez Citeo.

À portée de main

Cela ne signifie pas qu’il faille révolutionner son mix produit en intégralité. Pour améliorer l’ACV (analyse de cycle de vie) de son portefeuille, il convient plutôt d’établir un diagnostic précis afin de définir un plan d’action à court, moyen et long terme. «  Pour un emballage, il peut s’agir de faire en sorte que son corps soit recyclable, en veillant à ce que les éléments associés ne compromettent pas sa fin de vie. Dans un second temps, les efforts pourront être portés sur la recyclabilité des annexes  », illustre Valentin Fournel. Pour éviter les impairs, il peut être judicieux de se faire accompagner par un cabinet spécialisé. Ou, pour un emballage, de recourir à des outils disponibles sur la toile, comme le Facilitateur d’écoconception en ligne (Feel), proposé gratuitement par Citeo. Après le remplissage d’un questionnaire, il fournit un diagnostic, un plan d’action et une sélection d’outils et de services pour satisfaire aux enjeux. Dans la même logique, le bilan Environnemental de son emballage peut être réalisé depuis le portail Citeo. «  Nous lançons fréquemment des campagnes de Webinar pour aider les entreprises à mettre en œuvre un projet d’écoconception  », ajoute Valentin Fournel. En parallèle, il faut savoir que les chambres de commerce ou les groupements d’entreprise de la plasturgie organisent régulièrement des ateliers/réunions autour de cette thématique. La Fédération de la plasturgie propose en outre un diagnostic et des outils d’accompagnement en ligne. Car c’est souvent la désinformation et/ou un équipement jugé trop vieillissant qui peut repousser voire faire avorter l’essai en écoconception. Pour échelonner les investissements et la R&D, «  il peut être opportun de s’appuyer sur la règle des 20-80, c’est-à-dire se concentrer sur les 20 % des produits qui représentent 80 % des volumes  », conseille Valentin Fournel.

Recette individuelle

Les ajustements à opérer pour écoconcevoir un produit ne peuvent être mis en lumière sans une fine analyse de chacune des étapes de son cycle de vie. S’il n’y a aucune règle préétablie en la matière, «  réfléchir d’abord à la logistique du produit avant sa conception est une démarche simple et vertueuse qui optimise le transport tout en favorisant une utilisation raisonnée du plastique  », avance Christophe Deffrennes. Le diagnostic préalable peut conduire à entamer des réflexions sur l’origine des matières premières, sur la fin de vie d’une pièce en s’alignant sur les consignes de tri par exemple, sur l’allégement… Les résines biosourcées constituent une alternative intéressante à condition que le bilan carbone de leur fabrication et de leur transport n’entache pas leurs vertus. «  Renouvelable ne signifie pas forcément écologique  !  », rappelle au passage Christophe Deffrennes. L’intégration massive de plastique recyclé reste cependant le défi le plus important à relever. Celui-ci peut être pourvu de propriétés mécaniques légèrement atténuées. «  Il ne présente pas de difficulté majeure dans le thermoformage. Néanmoins, recyclé ou non, le mono-matière reste délicat à sceller avec un autre plastique  », prévient Christophe Deffrennes. Même si le mono-matière est à privilégier, associer deux matières qui, une fois séparées, peuvent être aisément recyclables est aussi un moyen de s’inscrire dans une démarche plus verte. «  L’enveloppe carton avec film plastique à l’intérieur est un bel exemple d’écoconception, car il diminue la part de plastique tout en s’appuyant sur une solide filière de recyclage  », commente Christophe Deffrennes. En bref, il existe une myriade de pistes d’actions pour s’inscrire dans une démarche vertueuse. Une chose est sûre, l’avenir du plastique passe par l’écoconception.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !