Envoyez l'article par e-mail :

Forte baisse du rechapage en France

vendredi 10 juin 2016, par Alexandre Couto

La filière «  rechapage  » propose des solutions pour encourager l’achat de pneus reclyclables

Malgré ses qualités environnementales indéniables, la filière française du ­rechapage, et particulièrement celle des véhicules poids lourd, est mal en point. Réunis lors d’une conférence, le 9 juin dernier, le syndicat national du caoutchouc et des polymères (SNCP) et le syndicat des professionnels du pneu (SPP) ont tiré la sonnette d’alarme concernant le déclin d’une industrie pourtant prometteuse dans un contexte de lutte contre les déchets. Pour rappel, ce procédé consiste à remplacer la bande de roulement usée par une nouvelle, donnant une seconde vie aux pneus. Ceux-ci doivent toutefois être spécialement conçus pour répondre à cette approche de l’économie circulaire.

En France, entre 2012 et 2015, les ventes de pneumatiques rechapés se sont contractées de près de 10 %, constituant une perte de 70 000 unités. Par ailleurs, le taux de pénétration du rechapage sur le marché des pneumatiques poids lourd de remplacement a chuté de 9 points, passant de 48 %, en 2012, à 39 %, en 2016. En parallèle, les pneus à bas coûts, donc non adaptés au rechapage, ont vu leurs volumes multipliés par 2, entre 2012 et 2015, avec un prix d’achat en baisse de 30 %. Selon les organisations professionnelles du caoutchouc, la conjoncture économique difficile amène les PME du transport routier à se tourner vers ces solutions d’entrée de gamme, et donc mono-vie. L’attractivité économique de ces produits s’explique par une chute des prix des matières premières (caoutchouc naturel principalement) et des frais de transports et de logistique. Mais si l’offre semble attrayante, il s’agit d’un calcul à court terme, selon le SPP et le SNCP. En effet, le rechapage d’un pneu « premium » permet, à un niveau de sécurité équivalent, de doubler sa durée de vie et de diminuer le prix de revient kilométrique, dans la mesure où un pneu rechapé « peut-être 40 % moins cher qu’un pneu neuf ».

Des propositions pour l’avenir de la filière Fort de ce constat, la filière «  rechapage  » a présenté deux propositions aux pouvoirs publics. Tout d’abord, la filière préconise de renforcer les contrôles en interdisant la mise sur le marché de pneus mono-vie, importés à bas coûts et ne respectant pas les exigences réglementaires européennes. Enfin, la filière propose de rendre l’écocontribution liée au recyclage du pneumatique visible sur la facture et modulable en fonction de la rechapabilité du pneu. « Cela permet de renforcer la pédagogie auprès du consommateur et de l’inciter financièrement à l’achat de pneus durables », selon les organismes professionnels.

L’industrie du rechapage emploie directement près de 1 900 salariés en France et 13 000 en Europe. Si l’on tient compte des emplois indirects et induits, le chiffre s’élève à 4 100 en France et 32 000 en Europe.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !