Envoyez l'article par e-mail :

Green Deal pour la valorisation du rechapage : des efforts à poursuivre

vendredi 23 mars 2018, par Fabian Tubiana

Signé en février 2017, l’Engagement pour la croissance verte sur l’économie circulaire du pneumatique livre ses premiers résultats.

« Vous êtes les premiers de cordée, comme dit le Président de la République. Votre démarche est l’exemple d’une bonne collaboration entre pouvoirs publics et industriels. C’est l’esprit que Brune Poirson veut insuffler à travers la feuille de route de l’économie circulaire en cours d’élaboration », a encouragé Baptiste Perrissin-Faber, le conseiller de la Secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire à l’occasion du premier anniversaire de l’Engagement pour la croissance verte (ECV ou encore Green Deal) pour la valorisation du rechapage conclu le 1er février 2017 entre l’État et le Syndicat national du caoutchouc et des polymères (SNCP). Attendue désormais début avril, la feuille de route va en effet s’appuyer sur cet outil du Green Deal pour fixer des taux d’incorporation de plastique recyclé par résine et par secteur industriel.

Démarche innovante

« Cette démarche dynamique et innovante de l’ECV est un puissant levier d’action pour valoriser la filière des pneus usagés. Nous avons encore deux ans pour aboutir à des résultats concrets », a donc commenté Thierry Martin-Lassagne, vice-président du SNCP, le 21 mars devant de nombreux représentants de la filière. Car, si le syndicat relève, un an après cette signature, plusieurs avancées significatives qui lui permette d’aborder les deux prochaines années avec optimisme, il n’en reste pas moins que le modèle plus écologique et plus économique en coût global du pneu de qualité rechapable perd aujourd’hui du terrain face à l’afflux de pneus d’entrée de gamme importés d’Asie. Des pneus de moins en moins chers à l’achat dont les volumes ont été multipliés par 2,3 entre 2012 et 2017, tandis que le taux de rechapés est passé de 50 à 39 % entre 2013 et 2017. « Même si nous observons une légère amélioration en 2017, sans mesures de redressement de la filière, ce sont 1 200 emplois qui sont menacés en France d’ici à 2020 », prévient Thierry Martin-Lassagne, s’appuyant sur une étude publiée en octobre 2016 par EY.

Eco-comparateur

« Aujourd’hui un pneu rechapé peut parcourir le même nombre de kilomètres qu’un pneu premium, ce qui n’était pas le cas il y a 15 ans. Il faut le faire savoir aux distributeurs et aux conducteurs de poids-lourds », plaide Bruno Muret du SNCP rappelant la publication fin 2017 d’une plaquette « Vrai ou faux ? Pour en finir avec les idées reçues sur le rechapage », ainsi que la sortie prochaine du site www.rechapage.fr. Ce volet communication est un des résultats de cette première année sous le signe de l’ECV avec la sortie, dans quelques mois, d’un simulateur en ligne (« Green Deal Tyre ») comparant offres de pneus rechapables et non- rechapables en fonction de critères économiques et, pour la première fois en Europe, environnementaux. La clarification prochaine des règles permettant de mixer pneus neufs et rechapés sur un même essieu ainsi que la mise en œuvre en 2018 par l’État de contrôles de conformité sur l’étiquetage des pneumatiques figurent également parmi les « réussites » recensées.

Programme chargé

Le programme de travail des deux ans à venir reste néanmoins chargé. Le syndicat professionnel et l’État souhaitent notamment imposer une part de pneus rechapés dans les flottes publiques par le biais de la prochaine loi d’orientation sur les mobilités ou de la révision de la directive européenne sur les véhicules propres. Autres perspectives : poursuivre, avec Aliapur, la réflexion en cours sur la modulation de l’éco-contribution environnementale en fonction de la rechapabilité du pneu, et, intégrer des critères d’économie circulaire à la charte et au label Objectif CO2 du transport routier.

Fabian Tubiana

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !