Envoyez l'article par e-mail :

Ineos devient le leader mondial de l’acide téréphtalique

mercredi 8 juillet 2020, par Arnaud Jadoul

Le groupe britannique acquiert les aromatiques et acétyles de BP pour 5 milliards de dollars.

Dans la fabrication du polyester, Ineos va devenir un acteur incontournable en tant que leader mondial de l’acide téréphtalique (PTA), avec une intégration en amont en paraxylène. Le groupe britannique signe en effet une opération majeure : il va reprendre le reste de la pétrochimie de son compatriote BP, soit les aromatiques et les acétyles, pour un montant total de 5 milliards de dollars (4,45 milliards d’euros).

Une capacité totale de 9,7 millions de tonnes

La pétrochimie de BP se concentre sur deux activités principales – les aromatiques et les acétyles – chacune possédant des technologies et des usines de fabrication de pointe, avec une forte présence en Asie. Au total, quinze usines dans le monde, qui emploient 1700 salariés, vont changer de propriétaire, dont huit en Chine, Indonésie, Malaisie, Corée et Taïwan pour la zone Asie, deux à Hull (Royaume-Uni) et Geel (Belgique) pour la zone Europe, et cinq aux États-Unis, pour une capacité de production totale en 2019 de 9,7 millions de tonnes par an de produits pétrochimiques.

Dans la liste des fabrications, on trouve principalement de l’acide acétique, de l’anhydride acétique, de l’acétate de vinyle, du paraxylène et du PTA. L’acquisition englobe aussi toute la propriété intellectuelle, les licences technologiques et toute la partie ingénierie des activités concernées. En revanche, BP n’a pas intégré dans la cession ses actifs pétrochimiques de Gelsenkirchen et de Müllheim en Allemagne, car ils sont trop bien intégrés dans des raffineries. Le groupe pétrolier se défait ainsi d’une division qu’il ne considérait plus comme stratégique par manque d’intégration et avance sur son objectif de devenir neutre en carbone en 2050.

Réunion des anciens actifs de BP

À travers cette opération, Ineos s’invite ou se renforce dans des domaines où il était peu présent. Par exemple, il était absent du PTA alors qu’il produit déjà des résines de polyester. Né en 1998 du rachat de l’ancienne usine de BP à Anvers (Belgique) par sa direction, le groupe de Sir Jim Radcliffe reconstitue également l’ancien portefeuille pétrochimique de BP : en 2005, il avait repris Innovene, la branche dédiée de BP, centrée sur les oléfines et les polyoléfines, pour 9 milliards de dollars. Ineos consolide aussi son implantation en Asie. L’acquisition devrait être achevée au quatrième trimestre 2020. La transaction sera effectuée par tranches, jusqu’en juin 2021.

En 2019, Ineos a réalisé un chiffre d’affaires de 60 milliards de dollars (53 milliards d’euros), compte 183 sites dans 26 pays et emploie 22 000 salariés.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP