Envoyez l'article par e-mail :

Kem One : Klesh rejette la responsabilité sur Arkema

vendredi 8 mars 2013, par Alexandre Couto

Cet article appartient aux thématiques :

Kem One est-il en sursis ? Le malaise qui règne chez le producteur de vinylique (voir notre article Kem One dans la tourmente) a pris une tournure surprenante après un communiqué du groupe suisse Klesch, actuel propriétaire, réclamant auprès d’Arkema une indemnisation de 310 millions d’euros.

Le groupe suisse accuse le chimiste français, qui lui avait cédé en 2012 l’activité pour un euro symbolique, d’avoir fourni de fausses informations lors de la transaction. "Au cours des huit mois qui ont suivi l’acquisition du pôle vinylique d’Arkema, le groupe Klesch a découvert des écarts significatifs entre l’information financière présentée par Arkema et la réalité financière de Kem One", explique Klesch dans un communiqué. Ces propos ont immédiatement été démentis par Arkema qui estime que le repreneur a eu "accès à l’ensemble des informations nécessaires et usuelles pour apprécier la situation financières et les perspectives de cette activité". Pour rappel, le chimiste français désireux de se débarrasser de cette activité, a pris à son compte près de 587 millions d’euros de pertes du pôle et a doté la société de 100 millions d’euros de trésorerie, avant sa cession.

Selon un porte-parole du groupe Klesch, le litige porte essentiellement sur les perspectives et le "business plan" qu’Arkema aurait présentés à l’époque. Il est a noter que l’accusation porte sur l’activité de Kem One SAS et non de Kem One Innovative Vinyls, la partie aval de l’activité, dont le niveau d’activité est jugé satisfaisant.

La résolution du litige pourrait prendre du temps. Chaque partie doit maintenant choisir un arbitre et déterminer un arbitre juge. Selon les informations de nos confrères de l’Usine Nouvelle, les discussions pourraient s’étendre sur un à trois ans. D’autant plus que le dialogue semble rompu entre les deux entreprises : les dirigeants du chimiste français pointent que le groupe Klesch n’a formulé aucune observation au cours des huit mois écoulés, tandis que ce dernier accuse Arkema d’avoir « refuser la négociation ».

Au final, l’avenir de Kem One demeure incertain dans un contexte de fermetures d’usines dans l’Hexagone. Les syndicats ont d’ores et déjà fait appel à Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, et donnée à l’affaire une dimension politique.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !