Envoyez l'article par e-mail :

L’IRT Jules Verne au rendez-vous de l’industrialisation

vendredi 27 janvier 2017, par Romain Lambic

Lancé en 2012 dans le cadre du Programme d’investissement d’avenir, l’Institut de Recherche Technologique (IRT) Jules Verne a fait le point sur son évolution, à l’occasion d’un déjeuner presse organisé à Paris. Stéphane Cassereau, le directeur général de l’IRT basé à Nantes, a présenté un bilan positif, en compagnie de Guy Caverot, directeur innovation et robotique pour BA Systèmes, Bertrand Alessandrini, directeur du développement de l’École Centrale de Nantes et Jean-Christian Beucher, directeur de la Recherche & technologie pour STELIA Aerosapce. En effet, depuis son lancement, l’IRT Jules Verne a contribué au lancement de 70 projets, a engagé, avec ses partenaires industriels et institutionnels, 117 millions d’euros dans les projets de recherche, a déposé 28 brevets et a réuni une quarantaine d’industriels dont 15 PMI/PME dans les différents projets portés. Au total, huit IRT ont vu le jour en France et pour Stéphane Cassereau, l’année 2017 représente « une phase de consolidation et de capitalisation » des instituts. Il souligne également que « les premiers projets arrivent à échéance et sont en phase d’industrialisation ». Stéphane Cassereau en a profité pour expliquer que l’état a confirmé sa politique de soutien aux IRT jusqu’en 2030.

Dans les prochaines années, l’accent sera mis sur la participation des PMI/PME dans le développement de projets industriels. « L’objectif est d’en accueillir 50 d’ici 2020 » aux côtés de l’IRT Jules Verne, « pour les aider à affronter avec succès les profondes mutations qui se présentent et imaginer les process industriels qui feront d’elles les championnes des nouvelles technologies qui vont bouleverser l’usine du futur », souligne l’IRT dans son communiqué. L’Institut nantais s’investit principalement dans trois domaines d’activité, à savoir les procédés composite, les procédés métalliques et l’automatisation numérique. Il pilote, avec les IRT Antoine de St-Exupéry et M2P, le projet GIFAS dont l’objectif est de développer l’utilisation des composites thermoplastiques dans le secteur aéronautique. En complément de ces travaux, l’IRP Jules Verne a lancé le projet Sideffect, pour « la mise au point d’un procédé innovant de soudage par induction des composites thermoplastiques pour des éléments de fuselage d’aéronefs ». Ce projet, créé en collaboration avec Airbus, STELIA Aerospace, le Cetim ou encore Hutchinson, est doté d’un budget de 4,5 millions d’euros sur 30 mois.

L’IRT Jules Verne soutient également un programme de développement des composites haute cadence pour le secteur de l’automobile, il copilote avec Faurecia et la plateforme Canoe le projet FORCE pour le développement de la fibre de carbone à bas coût pour le même secteur, et s’est engagé avec trois autres IRT dans un programme national dédié à la fabrication additive, pour lequel 60 millions d’euros ont été investi pour l’année 2016-2017.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !