Envoyez l'article par e-mail :

La chimie française rebondit en 2010

jeudi 24 mars 2011, par Karim Boudehane

Cet article appartient aux thématiques :

Orientée à la hausse depuis 2010, la chimie organique ne retrouve cependant pas encore son niveau d’avant la crise. Parallèlement, l’Europe est importatrice nette de polymères depuis 2010.

La chimie organique française a retrouvé des couleurs, mais les perspectives sont mitigées. Après une baisse de 5 %, en 2008, puis de 8,3 %, en 2009, la production progresse de 2,7 %, en 2010. L’impact des cas répétés de force majeure amoindrit ce rebond, qui ne permet pas de retrouver le niveau d’avant la crise. Pour 2011, Olivier Homolle, président de l’Union des industries chimiques (UIC), prévoit une croissance de 2,5 %, inférieure aux 3 % prévus pour l’ensemble de la chimie. Pour autant, un indicateur confirme les inquiétudes sur ce secteur industriel : le solde de la balance commerciale révèle que la France est devenue, en 2010, importatrice nette de résines, avec 25,2 % d’importations contre 22,4 % d’exportations. Cette tendance va aller en s’aggravant. Selon le syndicat de la chimie organique de base (SCOB), l’Europe importera 2.500 kilotonnes de polymères en 2015, la Chine 8.200, alors que le golfe Persique en exportera 11.600.

Peu de nouvelles capacités en Europe. L’avantage compétitif des pays du Golfe et la demande chinoise n’y sont pas étrangers. Pour cette raison, l’essentiel des 2,9 milliards d’euros (Mrds €) d’investissements de l’industrie chimique s’oriente vers le maintien, la modernisation et la rationalisation de l’outil de production européen. Les extensions de capacité sont de plus en plus rares, et ne bénéficient que de 18,6 % de cette somme. Selon Olivier Homolle, les investissements en recherche-développement sont stables, près de 1,5 Mrd € prévus pour 2010. Le niveau d’investissement reste à confirmer, mais « le crédit impôt recherche fera sentir son impact d’ici un à deux ans », estime le président de l’UIC. Reste une ombre de taille au tableau : l’emploi dans le secteur poursuit sa baisse, à 171.500 emplois directs, contre 175.000 en 2009. Une tendance qui n’ira pas en s’améliorant, compte tenu du contexte de forte concurrence et de déplacement des capacités de production vers les marchés émergents.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !