Envoyez l'article par e-mail :

Le SNCP fête ses 150 ans et prépare l’avenir du caoutchouc

vendredi 22 mars 2013, par Alexandre Couto

Cet article appartient aux thématiques :

C’est en marge de l’édition 2013 de l’International Rubber Conference (IRC), que le Syndicat national des caoutchoucs et des polymères (SNCP) a fêté ses 150 ans. "Nous sommes un peu la doyenne des organisations professionnelles", a plaisanté Christian Leys, président du syndicat, devant près de 300 personnes rassemblées pour l’occasion au Pavillon Royal, à Paris. Crée en 1863 par une vingtaine de "jeunes pousses" de l’industrie alors naissante du caoutchouc, le SNCP a joué un rôle majeur dans le développement et la structuration de la filière. "Durant son histoire, le syndicat a du faire preuve de beaucoup de réactivité et de flexibilité, ce qui l’a conduit à faire évoluer ses structures et son mode de fonctionnement", a souligné Bruno Muret, responsable économie et communication du syndicat, lors d’un rappel de l’histoire de l’industrie du caoutchouc.

L’événement a également permis de faire le point sur la situation actuelle du secteur et de l’industrie en générale. S’exprimant à la tribune, Jacques Maigné, PDG d’Hutchinson et membre du comité directeur de Total, a mis en avant les disparités de croissance entre l’Europe et le reste du monde. Bien que 2ème pays producteur européen, derrière l’Allemagne, et 8ème au niveau mondial, la France souffre d’une forte érosion de la demande. Les hausses de la consommation en 2010 et 2011 n’ont, en effet, pas permis de retrouver les niveaux de consommation d’avant la crise de 2008. Sur les neuf premiers mois de 2012, la demande de l’Hexagone s’est contractée de 14%. "L’industrie française n’a pas encore effectué intégralement sa restructuration et je crois malheureusement que le plus difficile est devant nous", a déploré M. Maigné. "Je crois néanmoins en la capacité de notre industrie à effectuer cette mue", a-t-il ajouté. Une analyse partagée par Michel Rollier, ancien gérant du groupe Michelin et président de la plateforme de la filière automobile, pour qui l’industrie française doit encore révéler son potentiel au travers "de l’innovation et de la recherche de l’excellence opérationnelle".

Pour les caoutchoutiers, le cap est déjà fixé grâce à des projets de recherche ambitieux sur les matières premières renouvelables comme le bio-butadiène, le bio-éthylène, le latex de guayule ou encore les additifs d’origine végétal. Dans ce domaine, un projet du pôle de compétitivité Elastopôle, baptisé Bioproof, vise à créer une plateforme de développement à destination des PME. L’initiative vient d’être labellisée par Oséo et bénéficie du parrainage de Michelin et d’Hutchinson. Un projet enthousiasmant selon René Revault, vice-président du SNCP en charge des PME, mais dont les fruits ne devraient pas être commercialisés avant une dizaine d’années. "Le projet Bioproof a été validé pour une durée de cinq ans. Mais ces nouveaux caoutchoucs devront passer par de longues phases d’homologation", a précisé M. Revault.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !