Envoyez l'article par e-mail :

Le bisphénol A ne présente aucun risque, estime l’agence sanitaire européenne

vendredi 23 janvier 2015, par Alexandre Couto

Cet article appartient aux thématiques :

L’Agence européenne de sécurité sanitaire a rendu, le 21 janvier 2015, ses conclusions sur la dangerosité du bisphénol A : cet additif controversé ne présenterait finalement aucun risque pour la santé.

C’est un nouveau rebondissement dans le feuilleton du bisphénol A (BPA) : après avoir reporté à plusieurs reprise sa décision, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa, European Food Safety Authority) a dévoilé, le 21 janvier 2015, ses conclusions sur cette substance suspectée d’être un perturbateur endocrinien. « Aux niveaux actuels d’exposition, le BPA ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs », affirme l’Efsa. Chose surprenante, compte tenu de la polémique qu’avait soulevé, à l’époque, la présence de cet élément dans les biberons, l’organisme européen précise que cet avis concerne « tous les groupes d’âges, y compris les enfants à naître, les nourrissons et les adolescents ». L’agence préconise toutefois de rabaisser, au regard des nouveaux éléments, la dose journalière tolérable (DJT) de 50 à 4 microgrammes par kilogramme de poids corporel et par jour, tout en rappelant que le niveaux estimés d’exposition des consommateurs est « trois à cinq fois inférieurs » à cette nouvelle DJT.

Les autorités françaises perplexes. L’avis catégorique de l’Efsa prend le contrepied des conclusions de la France et de son Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), qui avait estimé, début 2013, le BPA « potentiellement dangereux » et appelé à une réduction de son utilisation. C’est notamment sur cet avis que la France a légiféré : une loi, entrée en application le 1er janvier 2015, suspend dans l’Hexagone la mise sur le marché de tout emballage en contact alimentaire contenant intentionnellement du BPA. Reste à savoir comment les autorités française transposeront cet avis dans la réglementation, et si la suspension de mise sur le marché sera levée. Le dossier est encore loin d’être réglé et certains politiques, de prime abord, mettent en doute ces conclusions. S’exprimant à l’AFP, Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, a manifesté sa surprise et souhaite « faire expertiser cet avis pour voir si le poids des lobbies n’est pas intervenu dans sa publication ». Les batailles d’experts ne sont pas encore terminées.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !