Envoyez l'article par e-mail :

Le centre technique de la plasturgie et des composites précise son action

vendredi 15 janvier 2016, par Alexandre Couto

Validé en décembre dernier, le centre technique de la plasturgie et des composites ambitionne de devenir une référence du développement collaboratif pour améliorer la compétitivité des entreprises.

Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. Le nouveau centre technique de la plasturgie et des composites (CTIPC) à peine ratifié en décembre dernier par Emmanuel Macron, ministre de l’économie et des finances, ses responsables ont organisé, le 8 janvier dernier, une conférence de presse pour détailler les points clés du nouveau dispositif. Ce rendez-vous à été l’occasion de revenir sur la stratégie, le périmètre d’action, les moyens techniques mis en oeuvre et l’organisation de la gouvernance.

Des compétences étendues Au niveau de la stratégie, le CTIPC souhaite s’articuler autour de trois axes : soutenir l’innovation produit et procédé, renforcer l’excellence opérationnelle et enfin relever les défis environnementaux. Pour atteindre ces objectifs, le centre couvre un large spectre de matériaux utilisés en plasturgie, à l’exclusion des caoutchoucs, ainsi qu’un vaste champs d’applications regroupant l’emballage, les transports, l’électronique ou encore le secteur de l’énergie.

Une structure vouée à s’étoffer Le CTIPC, projet porté par la fédération de la plasturgie et des composites, s’appuie sur la mutualisation des compétences et des moyens du Pôle Européen de la Plasturgie (PEP) et de l’institut supérieur de plasturgie d’Alençon Entreprises (ISPAE), qui mettront à la disposition des plasturgistes leurs laboratoires et plateformes d’essais. D’autres partenaires devraient rejoindre le projet courant 2016. Le CTI sera constitué de 4 niveaux de gouvernance, garantissant sa transparence et son bon fonctionnement. Autour d’un conseil d’administration et de son bureau, les commissions professionnelles, pilotées par des industriels, seront mises en place pour assurer la programmation des projets de recherche et de développement. Parallèlement, un conseil scientifique sera l’organe de validation du plan de recherche et développement et des investissements stratégique. Des postes de "chargés de profession" permettront aux plasturgistes d’avoir une porte d’entrée unique et un suivi personnalisé.

Trois types d’actions sont d’ores et déjà prévus : des projets de recherches collectifs sur des thématiques sectorielles et transversales, la création de vecteurs d’informations techniques et une action de normalisation pour "influencer les décisions stratégiques".

Paul Valette, président de la société Grosfillex, devrait également prendre prochainement la présidence du CTI.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !