Envoyez l'article par e-mail :

Le climat antiplastique impacte de plus en plus les entreprises

mercredi 23 octobre 2019, par Bakhta JOMNI

Cet article appartient aux thématiques :

L’association professionnelle représentant les fabricants d’emballages plastique et souples Elipso a tenu jeudi 17 octobre sa conférence de presse annuelle dans un contexte législatif tendu. Le projet de loi relative « à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire » (Lec) doit en effet être discuté par les députés fin novembre après la première lecture au Sénat au mois d’octobre.

« Nous sommes dans un contexte très difficile de diabolisation du plastique avec un fort relais dans les médias et sur les réseaux sociaux », a déclaré Françoise Andres, présidente d’Elipso en introduction. 5 % des entreprises seulement ont vu leur chiffre d’affaires progresser en 2018/2019 contre 40 % des entreprises sondées qui le voient impacté à la baisse par le climat antiplastique (contre 20 % l’année précédente).

Un objectif réaliste

Françoise Andres et quelques industriels, ont présenté une étude sur l’économie circulaire réalisée auprès des adhérents de l’association. Près de 60 % d’entre eux ont répondu à l’enquête, à travers une trentaine de questions. Ces entreprises représentent plus d’un million de tonnes d’emballages plastique produits, soit près de la moitié des emballages plastiques mis sur le marché français.

L’enquête souligne que 100 % des répondants déclarent intensifier leurs actions vers plus de circularité et confirme une utilisation croissante de plastique recyclé et de matières biosourcées. Pour fabriquer les 2,2 millions de tonnes d’emballages plastiques mises sur le marché français chaque année, les matières premières utilisées sont à 14,5 % d’origine recyclée contre 12 % l’année précédente (une hausse de 20 %) soit 320 000 tonnes de plastiques recyclés. Elles sont à 3,5 % d’origine biosourcée contre 2% l’année précédente, (une hausse de 80 %) soit 79 000 tonnes de plastique biosourcé. Les matières premières vierges utilisées passent de 86 à 82 % soit une baisse de 5 % en 2019.

Cette tendance confirme que l’objectif de 440 000 tonnes de matières plastique recyclées incorporées dans les emballages en 2025 est réaliste. Ces tonnages correspondent à la quote-part des emballages plastique dans l’objectif d’incorporation d’un million de tonnes de plastique recyclé en France en 2025.

« Elipso constate une dynamique de l’industrie et des entreprises qui s’adaptent. Notre association tient également à souligner que le temps industriel est plus long que le temps politique et que ce temps est nécessaire pour que les entreprises modifient leurs process et leurs outils. Elles ont également besoin de cohérence au niveau français et européen pour créer des conditions d’avenir stable », a précisé Serge Vassal, vice-président d’Elipso et président du groupe Barbier.

Les préconisations au regard de la loi

La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire vise un objectif de 100 % de plastique recyclé d’ici à 2025. Elle engendre donc une demande d’incorporation de matières recyclées croissante. Elipso constate néanmoins que la possibilité d’utiliser les résines recyclés rencontre plusieurs freins règlementaires ou normatifs dont la levée est nécessaire. L’association préconise notamment une augmentation de la collecte pour l’ensemble des emballages plastique.

En vue de la maximisation des taux de collecte des emballages, Elipso insiste sur quatre actions : l’harmonisation du schéma de tri au niveau national pour accélérer l’extension des consignes de tri à l’ensemble du territoire avant le 31 décembre 2022 ; le déploiement d’une consigne bouteille plastique en vue de leur recyclage ; la mise en place d’une collecte séparée des biodéchets sur tout le territoire pour compostage industriel ; et le maintien des dispositifs volontaires de collecte des emballages industriels et commerciaux déjà mis en place (REP industrielle et commerciale volontaire), comme prévu dans la loi issue du Sénat.

L’association redoute une interdiction arbitraire qui porterait « directement atteinte à la compétitivité des entreprises et mettrait un coup d’arrêt aux nombreuses innovations du secteur de l’emballage ». « Nous souhaitons que ce projet de loi permette à nos 320 entreprises et à leurs 38 000 collaborateurs de confirmer leur place dans cette nouvelle économie circulaire, conclut Françoise Andres qui espère « une transition écologique réussie alliant préservation des emplois industriels, développement du territoire et réduction de l’impact environnemental ».

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !