Envoyez l'article par e-mail :

Le plastique recyclé en panne de projet

vendredi 16 mars 2018, par Fabian Tubiana

Cet article appartient aux thématiques :

Dernière ligne droite dans l’élaboration de la feuille de route sur l’Économie circulaire. La question de l’incorporation massive de plastique recyclé dans la production est enfin évoquée, mais les donneurs d’ordres peinent à se mobiliser.

Après les atermoiements autour d’un projet de consigne financière sur les bouteilles en plastique qui pourrait finalement se réduire à peau de chagrin, le sujet majeur de l’incorporation massive de plastique recyclé dans la production industrielle est enfin sur la table. Il est grand temps : la feuille de route du gouvernement sur l’Économie circulaire est promise pour la fin de ce mois de mars ! A ce jour, seuls les donneurs d’ordres dotés d’une politique RSE nationale voire mondiale (Danone, Coca-Cola ou Procter et Gamble) se sont engagés. Le gros des troupes peine à suivre.

Sept groupes de travail

Jeudi dernier, le 8 mars, les pouvoirs publics ont constitué sept groupes de travail par polymère (PEBD, PP, PET, PS, PVC, PEHD et autres résines) pilotés par des binômes d’industriels. Le but est clair : rendre tangible l’objectif « 100 % recyclé en 2025 » en s’appuyant sur des engagements volontaires formulés par les metteurs en marché des produits en plastique les plus courants. Et en identifiant les conditions (investissements nécessaires, qualité de la matière, éventuelles évolutions réglementaires…) pour atteindre ces objectifs d’incorporation.

« La secrétaire d’État Brune Poirson souhaite, en cohérence avec le calendrier de la Stratégie plastique européenne, procéder à des annonces fin juin. L’administration nous met donc une pression importante pour que nous lui transmettions des éléments pour début juin », rapporte un participant. Les engagements sur l’incorporation de recyclé pourront être formalisés ou non dans le cadre d’un Engagement pour la croissance verte ou Green Deal.

Mobilisation difficile

La mobilisation des metteurs en marché semble cependant compliquée. Ils étaient peu nombreux à participer à la réunion du 8 mars. L’administration juge pourtant, à raison, primordial le rôle de ces donneurs d’ordres. « Pour tenter de les motiver, une nouvelle réunion est prévue le 19 mars. Un groupe de travail « Engagements volontaires des donneurs d’ordres » travaillera sur quatre secteurs définis comme prioritaires : l’emballage, le bâtiment, l’automobile, et, les équipements électroniques et électriques », explique une tête de réseau. Pour chaque marché, celui-ci pourra s’appuyer sur les groupes de travail par résine qui continueront à se réunir.

Même si, dans l’emballage, quelques annonces d’objectifs d’incorporation avaient été formulées en janvier, suite à la publication de la Stratégie plastique européenne, il est grand temps que les donneurs d’ordres de la plasturgie se réveillent et prennent la question à leur compte. Au risque de se voir imposer par la loi des objectifs globaux ne correspondant pas aux réalités industrielles et économiques…

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !