Envoyez l'article par e-mail :

Les plastiques entre deux eaux

jeudi 11 juin 2020, par Henri Saporta

Une tribune du navigateur Yvan Bourgnon pose curieusement les termes du débat sur l’usage unique des emballages et des masques.

Erreur de syntaxe, lapsus scriptae ou formulation volontaire : le résultat est quoi qu’il en soit insultant pour les industriels du plastique et de l’emballage. Dans le « chapô » de la tribune intitulée « Océans : agir avant de se laisser submerger » publiée par le navigateur breton Yvan Bourgnon dans Libération, il est écrit : « Sur le plan des déchets aussi, le Covid-19 est une catastrophe.

À l’échelle mondiale, des milliards de masques et de gants terminent dans la mer et les lobbys du plastique et de l’emballage se frottent les mains. Il est temps d’agir sur tous les fronts. » Laisser entendre que des professionnels peuvent se réjouir de la pollution des océans est évidemment une ineptie. Dommage, car la réflexion du président de l’organisation non gouvernementale (ONG) The SeaCleaners est par ailleurs très intéressante !

Cette tribune illustre clairement la nature du débat sur les plastiques, l’emballage et l’économie circulaire prévalant dans le cadre de cette pandémie mondiale qui a vu le retour en grâce de l’usage unique. L’hygiène contre l’écologie : tels pourraient être les termes de l’enjeu. Or, l’équation est beaucoup plus simple : en combinant hygiène ET écologie, la société peut à la fois lutter contre une crise sanitaire majeure tout en respectant l’environnement.

Or des « citoyens » peu scrupuleux arrivent quand même à jeter leurs gants et autres masques à usage unique, voire réutilisables, qui dans la rue qui en pleine forêt. Des masques potentiellement dangereux relevant donc normalement des déchets d’activités de soins à risques infectieux (Dasri) qui se retrouvent pourtant dans les mers…

Question absurde

Les masques agissent comme un cruel révélateur pour les emballages. À la question absurde « combien de temps met une bouteille pour disparaître dans la nature ? », la réponse est simple, « elle ne devrait pas s’y trouver ». En matière de grande consommation, la prévention, le tri et la collecte sont déterminants.

Mais associer hygiène et écologie ne suffit pas. Il faut ajouter à l’équation un troisième terme : la faim. Si les pays développés n’ont pas eu de problèmes majeurs d’approvisionnement durant une période de confinement totalement inédite, il n’en va pas de même dans les pays en voie de développement dans lesquels l’accès à une alimentation saine et suffisante demeure plus que jamais critique.

Comme le rappelle régulièrement l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), un tiers de la production alimentaire mondiale est gaspillé, faute d’infrastructures de stockage et de technologies de conservation. En plastique, en cellulose, en verre, en métal ou en bois, les emballages peuvent assurer la sécurité sanitaire et alimentaire dans le respect de l’environnement. Tout du moins quand tous les maillons d’une chaîne vertueuse sont en place. Pourquoi ne pas l’admettre une bonne fois pour toutes ?

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP