Envoyez l'article par e-mail :

Loi économie circulaire : la consigne brouille les débats

jeudi 26 septembre 2019

Les discussions de plus en plus tendues sur la consigne des emballages boisson empêchent un débat serein autour du recyclage du plastique.

Recycler 100 % des plastiques en 2025. C’est toujours l’objectif vers lequel souhaite tendre le gouvernement et Brune Poirson, secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire, qui porte le projet de loi relatif « à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire » (Lec) dont le Sénat a attaqué l’examen le 24 septembre. Cette course au tout-recyclage et cette chasse aux emballages et à l’usage unique, entamée avec la feuille de route économie circulaire et qui s’est poursuivie à travers plusieurs loi et directives, est toujours d’actualité. Mais, alors que 660 amendements sont soumis au sénateurs, un seul sujet monopolise l’attention, cristallise les débats et vire même au pugilat en place publique : celui de la consigne !

Semblant se diriger vers une consigne à la carte, le gouvernement a ainsi largement amendé son propre texte sur une disposition qui cristallise toutes les « divergences ». Les « dindons de la farce » vont changer de camp, a pointé Brune Poirson en expliquant, en substance, que les collectivités locales allaient prendre la main face aux grandes marques et aux recycleurs qui déploient « la consigne sauvage » des bouteilles en polyéthylène téréphtalate (PET).

Mais, c’est un véritable véritable camouflet qu’a essuyé Brune Poirson ce jeudi 26 septembre. L’article qui réserve la consigne au réemploi et à la réutilisation en supprimant le recyclage a été voté par 342 voix pour et zéro contre. Un vote précédent avait rejeté par 300 voix contre, 7 pour et 36 abstentions l’amendement introduit par le gouvernement qui précisait les modalités de déploiement de la consigne pour recyclage dans le but de protéger les collectivités locales. Un amendement déposé « en catastrophe » pour sauver « ce dispositif promis à un avenir incertain dans cet hémicycle ». Une manœuvre qualifiée de « tambouille politicienne » et autre « usine à gaz ».

Un nouvel épisode qui s’inscrit dans un climat de plus en plus tendu. Si c’était encore possible ! À la suite des accusations sur les « gros recycleurs » qui mentent aux Français proférées sur France Inter, Jean-Philippe Carpentier se montre quelque peu stupéfait. « Ces propos ne sont pas dignes d’une ministre », a déclaré le président de la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) à notre confrère L’Usine nouvelle. « 100% des bouteilles PET sont traitées et recyclées en France. La filière des entreprises du recyclage est un fleuron de notre économie dont la France devrait être fière. Sans elles, il est impossible de faire des déchets une ressource », rappelle l’organisation professionnelle dans un tweet. Quant à Hervé Maurey, il pointe le caractère « diffamatoire » et « insultant » des propos de Brune Poirson qui reproche, en retour, au président de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat de l’« invectiver » dans les médias. Ambiance.

Un point réunit cependant le Sénat et le gouvernement selon Brune Poirson : l’objectif de la loi est bien de faire la chasse aux emballages et aux plastiques à usage unique. L’interdiction des bouteilles d’eau en plastique – ou autre – fait ainsi l’objet de très nombreux amendements...

Henri Saporta et Fabian Tubiana

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !