Envoyez l'article par e-mail :

Pour les entreprises, l’avenir sera industriel

vendredi 7 avril 2017, par Alexandre Couto

Cet article appartient aux thématiques :

La démarche est inédite : les industriels ont choisi de montrer un visage unique afin de promouvoir leurs métiers. Cristallisés autour de l’Alliance pour l’industrie du futur, les fédérations industrielles se sont concertées afin de délivrer un message commun sur l’avenir du secteur industriel qu’elle a dévoilé le 4 avril dernier à l’occasion d’une conférence de presse. Avec un projet baptisé « La Fabrique de l’Avenir », ce groupement de filières professionnelles rassemble des acteurs divers comme, entre autres, l’Union des Industries Chimiques (UIC), la Fédération des industries électriques, électroniques et de communication (FIEEC), la Fédération de la plasturgie et des composites ou encore le groupement des Industries françaises Aéronautiques et Spatiales (GIFAS). Il consiste principalement à déployer une communication à destination du grand public qui se concrétisera par une campagne dans différents médias et sur internet (via #FabriqueAvenir).

Favoriser la formation L’objectif est de revaloriser l’image du secteur et de doper son attractivité auprès de français. Les représentants des organismes professionnels ont exprimé leur souhait de s’inscrire "dans le temps long" pour enfin faire bouger les lignes sur le plan de l’emploi industrie. « Aujourd’hui, l’industrie à beaucoup à offrir » a souligné Philippe Darmayan, président de l’Alliance Industrie du Futur et du métallurgiste ArcelorMittal « 250 000 postes sont à pourvoir chaque année d’ici 2025. » Pour répondre à ce besoin, les industriels estiment qu’il faut revoir en profondeur les outils de formations actuels, apprentissage en tête, qui ont souvent mis de côté le secteur secondaire. « Certains de nos voisins européens, comme l’Allemagne ou la Suisse, disposent de modèles de formations très performants. Nous devons nous en inspirer pour permettre aux jeunes d’intégrer plus tôt les entreprises », explique Florence Poivey, présidente de la Fédération de la plasturgie et des composites.

Une transformation digitale La « Fabrique de l’Avenir » veut donc montrer le visage dynamique de l’industrie, que le grand public associe malheureusement aux délocalisations et aux fermetures de sites. Si l’industrie française ne représente que 12 % du PIB en 2017, elle est à l’origine de 75 % des dépenses de recherche et de développement de notre pays, soit 25 milliards d’euros. « L’industrie a amorcé sa transformation en intégrant de plus en plus de numérique », souligne Philippe Darmayan, « la transformation digitale passe par le développement de nouveaux modèles d’affaires et de production liés au big data, avec par exemple des partenariats entre des acteurs traditionnels et des start-up. »

Au-delà du grand public, les fédérations professionnelles ont également souhaité interpeller les candidats à l’élection présidentielle sur la question de l’avenir de l’industrie, thème qu’elles jugent délaissé jusqu’à présent.

Partagez cet article :

Rechercher

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !