Envoyez l'article par e-mail :

Recyclage des plastiques : « des répercussions pendant plusieurs années »

vendredi 10 avril 2020, par Fabian Tubiana

Cet article appartient aux thématiques :

La crise du coronavirus frappe de plein fouet l’industrie du recyclage des plastiques. Trois questions à Bibiane Barbaza, chargée de Veille stratégique chez Allizé-Plasturgie.

Le recyclage des plastiques est-il impacté par la crise sanitaire actuelle ?

Oui, les mesures de confinement des populations ont déjà un impact concret. Les volumes de déchets plastique habituellement récupérés par les systèmes de collecte ont fortement baissé. A cela s’ajoutent des difficultés logistiques au niveau local et la crainte de voir la demande en aval chuter au fur et à mesure que les plasturgistes se retrouvent contraints de cesser temporairement leur activité. En effet, seuls certains segments du secteur de l’emballage, à savoir l’agroalimentaire et la pharmaceutique (médicaments, gels hydroalcooliques…) ont vu leur demande de matériaux augmenter ces dernières semaines. Les polymères recyclés ne peuvent en revanche pas être utilisés pour toutes les applications. Leurs fabricants doivent donc livrer bataille à leurs concurrents du marché des polymères vierges, souvent en baissant leurs prix alors que leurs marges sont déjà fragiles, pour tenter de mettre la main sur quelques parts d’un marché en globalement en berne.

Quels sont les autres facteurs entrant en ligne de compte ?

L’effondrement des cours du pétrole constitue un autre sujet d’inquiétude. Ceux-ci avaient chuté suite à la guerre des prix menée par l’Arabie Saoudite et la Russie. La pandémie de coronavirus n’a fait que rendre les pétroliers plus frileux. Ces deux événements ont déjà impacté les marchés mondiaux des polymères. On s’attend déjà à des baisses de prix des PE, des PP et des PVC en Europe pour le mois d’avril 2020. Ces dernières ne feront que compliquer la vie des recycleurs qui traitent ces matériaux, en particulier les rPE et les rPP.

Un autre problème est celui du changement de comportement des consommateurs, qui sont nombreux à avoir acheté des produits alimentaires et des bouteilles d’eau en masse. Ces emballages sont, pour la plupart, voués à être stockés plusieurs semaines et ne retourneront donc pas de sitôt dans la chaîne européenne du recyclage.

Cette augmentation brutale de la consommation a également entraîné une hausse de la demande de PET. Les producteurs de rPET entrevoient donc de possibles difficultés d’approvisionnement. Ils risquent ainsi d’acheter leurs déchets à un tarif plus élevé, et cette hausse de leurs coûts variables devra forcément être reportée sur leurs prix, ce qui pourrait rendre la compétition avec les matériaux vierges encore plus intense. On peut également s’attendre à ce qu’un tel schéma se répète pour les segments du rPE et du rPP.

L’année 2020 risque donc d’être particulièrement difficile pour la filière…

En effet, avant que l’épidémie n’intervienne, les recycleurs évoquaient déjà une année 2019 très dure. Les impacts de la crise en seront d’autant plus forts, notamment pour les plus petites entreprises de recyclage. 2020 va donc être difficile. Et encore davantage si l’application des mesures de la loi sur l’économie circulaire est décalée.

La crise a également bousculé les politiques RSE qui commençaient à germer dans l’industrie. L’urgence a en effet relégué bien des mesures d’économie circulaire au second plan pour certains donneurs d’ordres, qui annoncent également des réductions de leurs investissements à long-terme afin de mieux se préparer à une éventuelle récession économique.

Par ailleurs, les donneurs d’ordres qui font aujourd’hui face à une forte augmentation de la demande se tournent vers des fournisseurs de matières capables de leur assurer un approvisionnement massif et rapide. Le prix devenant le premier critère de choix... Comme bien des plasturgistes, les recycleurs de plastique sont également confrontés à des problématiques liées à leur main-d’œuvre et doivent composer avec des difficultés logistiques.

La marge des recycleurs pourra-t-elle absorber la hausse observée des coûts du fret ? L’ensemble de ces facteurs risque donc de causer des dommages importants à une filière déjà insuffisamment développée en France. Les recycleurs de matières plastique sont pour la plupart des PME, et donc plus exposés aux aléas de la conjoncture économique. Les dégâts causés par cette épidémie, et la crise économique qui risque de lui faire suite, pourraient avoir des répercussions pendant plusieurs années.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP