Envoyez l'article par e-mail :

Solvay a profité de la baisse de l’euro en 2014 et investit aux États-Unis

vendredi 27 février 2015, par Claire Pham

Cet article appartient aux thématiques :

Le chimiste belge Solvay a annoncé le 26 février 2015 ses résultats 2014. Et le moins que l’on puisse dire est qu’ils sont largement supérieurs aux attentes. Le résultat d’exploitation s’établit à 1,78 milliard d’euros contre 1,66 milliard en 2013, soit un bond de 11% alors que le groupe prévoyait une croissance à un seul chiffre. L’entreprise explique cette hausse par une « forte croissance des volumes » et les « programmes d’excellence ». Et c’est pareil pour le bénéfice net. Bien qu’en net recul, il culmine à 156 millions d’euros (contre 378 millions d’euros en 2013, soit divisé par 2), quand les analystes tablaient plutôt autour de seulement 43 millions d’euros. Pour Jean-Pierre Clamadieu, pdg du groupe, l’entreprise a publié « des résultats solides tout au long de l’année. Ils reflètent les effets de la transformation que nous avons engagée, de l’optimisation de notre portefeuille d’activités et de nos programmes d’excellence ». Principale cause : la baisse de l’euro face au dollar. En effet, toute hausse du dollar de 10 cents se chiffre à 100 millions d’euros sur les résultats du groupe, selon nos confrères des Echos. L’entreprise, qui a réalisé un chiffre d’affaires à 10,21 milliards d’euros, en profite également pour réduire son endettement net de 363 millions d’euros sur un an.

Miser sur les polymères de spécialité

Deux jours avant la publication des résultats, Solvay annonçait un projet de construction d’une usine de polyétheréthercétone (PEEK) aux États-Unis. Le site devrait être situé à Augusta, dans l’état de Géorgie et être opérationnel mi 2016. Une situation idéale puisque l’entreprise possède déjà à Augusta une usine de résine et monomère et d’un centre de recherche & innovation à Alpharetta. Avec son autre site de production à Panoli, en Inde, qui devrait également bénéficier d’une extension, la capacité de PEEK du groupe devrait s’établir à 2500 tonnes par an. En tout, le montant d’investissement s’élève à 85 millions d’euros. Le PEEK est particulièrement utilisé dans des applications du secteur automobile, aéronautique, médical sans oublier l’électronique.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !