Envoyez l'article par e-mail :

Terrains synthétiques en caoutchouc recyclé : l’Anses entre dans le jeu

vendredi 23 février 2018, par Fabian Tubiana

Cet article appartient aux thématiques :

Six ministères saisissent l’Anses sur les risques liés à l’utilisation des caoutchoucs recyclés dans la fabrication des terrains de sports synthétiques. Les représentants de la profession espèrent que l’avis attendu pour fin juin permettra de clore la polémique.

La polémique couvait depuis un article publié en novembre 2017 par le magazine So Foot : six ministères ont saisi ce jeudi l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) sur les « risques liés à l’utilisation des caoutchoucs recyclés dans la fabrication des terrains de sports synthétiques ».

« Ces terrains synthétiques soulèvent des interrogations quant à leur impact sur la santé et l’environnement en raison des substances dangereuses potentiellement présentes dans les granulés (hydrocarbures aromatiques polycycliques ou HAP, arsenic, chrome, plomb ou encore benzène, NDLR), en particulier dans le cadre de leur utilisation comme terrains de sport et aires de jeux pour les enfants », indique le communiqué des pouvoirs publics.

Juge de paix

« Cette saisine était dans le circuit de signature ministériel depuis plusieurs semaines, bien avant que ne soit même programmée l’émission Envoyé Spécial diffusée hier soir par France 2 », assure Céline Crusson-Rubio, responsable QHSE du Syndicat national du caoutchouc et des polymères (SNCP), qui se dit ravie qu’enfin l’Anses soit saisie de cette question. « Nous le demandons depuis 2015 », explique-t-elle.

Même discours du côté d’Aliapur, le principal organisme chargé de la valorisation des pneus usagés dans le pays : « nous sommes ravis que le gouvernement se tourne vers l’Anses, un juge de paix qui va travailler sérieusement sur la question. C’était la seule solution pour sortir de ce sujet alimenté par un tas de rumeurs et d’informations qui ne reposent sur rien… », commente le directeur général, Hervé Domas.

Normes exigeantes

La contre-attaque de la profession est en tous cas rapide. La connexion au site d’Aliapur mène ainsi directement à un argumentaire en ligne très complet. Mieux, la Fédération des acteurs des équipements de sports et de loisirs Fedairsport a publié le 15 février, avec Aliapur et le SNCP, une plaquette de huit pages qui s’attelle à reprendre et contrer tous les arguments incriminant ces terrains par ailleurs très appréciés des sportifs et des collectivités locales.

Le document rappelle que les différents constituants de ces terrains sont encadrés par des normes « très exigeantes » et le règlement Reach, et, qu’Aliapur « est capable de garantir que 100 % des pneus utilisés sont collectés en France et issus à plus de 95 % de manufacturiers premium ». Il insiste en outre sur le fait que « plus de 90 études aux analyses concordantes sont de nature à rassurer les joueurs sur terrains synthétiques », dont celle de l’Agence européenne des produits chimiques (Echa) menée en 2017.

Celle-ci « a conclu à un faible niveau de préoccupation au vu des concentrations d’hydrocarbures aromatiques polycycliques mesurées dans les granulés qui s’avèrent être sous les limites de concentration règlementaires prévues dans le cadre du règlement européen sur les produits chimiques, dit Reach », rappelle le communiqué ministériel.

Un rapport fin juin

« Je serais surpris que l’avis de l’Anses diffère énormément des conclusions d’organismes comme l’Echa ou comme celui du RIVM, l’agence sanitaire des Pays-Bas qui évoquait en décembre 2016 des effets négligeable sur la santé », ajoute Hervé Domas.

Quoi qu’il en soit, l’Anses prévoit d’analyser « les données et études disponibles sur les principales substances présentes dans ces granulés et matériaux en caoutchouc et sur le niveau de préoccupation qu’elles génèrent (…) afin de pouvoir rendre des conclusions sur les préoccupations sanitaires et environnementales qui pourraient en résulter » et « étudiera les principales voies d’exposition pour la population et l’environnement (terrains de sport, terrains de jeux pour enfants, litières pour animaux…) ».

Le rapport est attendu pour la fin juin.

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !