Envoyez l'article par e-mail :

Fabrice Peltier : « Un gros coup à jouer sur le réemploi »

mardi 24 novembre 2020, par Fabian Tubiana

Cet article appartient aux thématiques :

La révolution de l’emballage a bel et bien commencé selon le designer expert du packaging Fabrice Peltier, qui vient de sortir un ouvrage sur le sujet et alors que se tient ce mardi un webinaire sur le thème organisé par le salon All4Pack.

Après L’Emballage à l’aube de sa révolution en 2018, vous publiez ce mois-ci La Révolution de l’emballage. Quel est l’historique de ce travail et de cette réflexion  ?

J’ai en effet réalisé il y a 2 ans, en partenariat avec le salon All4Pack, un gros travail de prospective pour évaluer, en miroir de l’évolution des enjeux sociétaux des 20 prochaines années, le devenir de l’emballage en 2040. L’étude mettait en lumière quatre enjeux  : le vieillissement de la population, l’arrivée de l’intelligence artificielle, la révolution de la mobilité et la raréfaction voire la fin des ressources naturelles nécessaires à la production d’emballages. Et il se trouve qu’un an avant, elle décrivait plusieurs mesures inscrites ensuite dans la loi comme l’interdiction des emballages non recyclables qui est actée par l’Europe pour 2030.

Une stratégie de la Commission qui vaut d’ailleurs pour tous les matériaux. Les organisateurs d’All4Pack m’ont de nouveau sollicité pour l’édition 2020 (depuis annulée, NDLR). Je ne souhaitais pas faire une énième étude, mais montrer, en analysant des innovations du monde entier, que la révolution a réellement commencé, à marche forcée. Nous n’en sommes plus à l’aube ! Le réveil a sonné ! La journée va être longue et difficile…

C’est donc la première partie de cet ouvrage, consacrée à l’émergence de solutions, que vous publiez aujourd’hui…

Oui. Toute révolution connaît des étapes. Toutes proportions gardées, je compare cette première période à celle de la Terreur de la Révolution française. Au milieu du tumulte, les idées fusent. Chacun défend sa solution, son innovation en proclamant ses arguments massue. C’est à qui sera le plus respectueux de l’environnement, le plus « vert », quitte à ne pas hésiter à forcer la nuance. J’essaie de redonner des perspectives dans ce chaos.

Vous y déclinez les tendances émergentes pour les principales familles de matériaux d’emballages. Qu’en est-il pour le plastique ?

Le plastique est omniprésent dans le livre. Il s’invite d’abord dans six des neuf tendances identifiées pour le papier-carton. Ces matériaux ont besoin de certaines propriétés barrière des plastiques, pour leur conférer une résistance aux graisses par exemple. Dans la partie consacrée aux alternatives, je m’intéresse notamment aux matériaux composites à matrice PP, PE ou encore PLA, intégrant des coproduits industriels comme les noyaux d’olives, les coquilles d’huîtres, la sciure de bois… Ces nouvelles matières sont intéressantes et s’inscrivent dans l’économie circulaire, mais partent avec un lourd handicap  : elles ne sont pas recyclables, ne disposent d’aucune filière le permettant.

Pour les plastiques eux-mêmes, j’identifie neuf tendances. Parmi lesquelles, bien sûr, la question du conflit entre allégement et recyclabilité, de la réintégration de recyclé qui pose le problème du contact alimentaire, des ressources végétales ou encore celle, cruciale, du réemploi.

Est-ce justement dans cette direction du développement du réemploi que doit principalement se tourner aujourd’hui une démarche d’écoconception d’un emballage en plastique ?

En matière d’écoconception, il n’existe pas de solution unique, de dogme. L’usage doit primer, l’emballage n’est qu’une masse de fonctionnalités. Mais la filière de l’emballage en plastique a un coup énorme à jouer sur le réemploi. C’est son avenir, sa porte de sortie ! Miser sur l’usage unique fut une erreur. Il faut aujourd’hui faire le tri entre ce qui doit relever de l’usage unique, comme le médical, et le reste. À mon sens, cela constitue par exemple une ineptie en restauration collective.

Pour rendre le plastique plus acceptable par la société, il va falloir qu’un certain nombre d’emballages à usage unique disparaisse. Or ceux-ci représentent 95 % des emballages ménagers… Il y aura donc, à l’avenir, ceux qui auront pris le train de cette révolution et les autres. Certains vont disparaître à l’image de Kodak ou de Nokia qui n’ont pas vu arriver la photographie numérique ou les smartphones.

Quel sera le thème de la deuxième période de cette révolution ?

Le réemploi vraisemblablement. Je travaille déjà dessus. Rendez-vous dans un an et demi ou deux ans…

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP | Paramétrage Cookie