Envoyez l'article par e-mail :

Un référentiel sur les plastiques oxobiodégradables

vendredi 27 avril 2012, par Tiziano Polito

Cet article appartient aux thématiques :

L’association française pour la normalisation (Afnor) publie un document définissant les caractéristiques et les mécanismes de dégradation des films en plastique oxobiodégradable. Ces produits sont composés d’un polyéthylène (PE) ou d’un polypropylène (PP) auxquels ont été rajoutés des additifs qui favorisent leur fragmentation sous l’effet de la chaleur et de la lumière puis leur biodégradation par l’action de micro-organismes. Ils peuvent être utilisés pour fabriquer des sacs de caisse ou des sachets. Jusqu’à présent, il n’existait pas de cadre strict régissant la dégradation de ces plastiques.

Un document publié sous le titre « Évaluation expérimentale de l’oxobiodégradabilité de matériaux polyoléfiniques sous forme de films » par l’Afnor, et référencé sous le numéro AC T51-808 2012-03, fournit une méthodologie d’évaluation expérimentale de l’oxobiodégradabilité de matériaux polymères sous forme de films. Le document prescrit également des exigences à satisfaire pour que ces matériaux puissent être qualifiés d’oxobiodégradables. Il s’applique à des films en polyoléfines – polyéthylènes et polypropylènes – d’épaisseur inférieure ou égale à 250 microns qui, en fin d’usage, sont susceptibles d’être dispersés accidentellement dans l’environnement. « C’est une première, car, pour la première fois le secteur dispose d’un guide de bonnes pratiques assez complet. Cela permet de différencier les vrais films oxobiodégradables des faux, alors que l’on subit de plus en plus la concurrence déloyale de produits, le plus souvent en provenance de Chine, qui portent le label “oxo”, mais ne le sont pas », déclare Philippe Michon, responsable de la filiale française de Symphony Environmental, parmi les principaux producteurs d’additifs “oxo”, qui a participé au travaux de l’Afnor avec d’autres scientifiques et industriels.

Ce document n’est en aucun cas une norme. Mais il introduit une notion importante, à savoir la mention « bio » avant le terme « dégradable ». Ce qui est loin d’être anodin : au regard des débats souvent houleux qui ont vu s’affronter, d’un côté, les fabricants de films compostables et, de l’autre, les fabricants de films oxodégradables, les premiers arguant que le processus de décomposition des films oxodégradables n’est en aucun cas assimilable à la biodégradation. A considérer le document de travail AC T51-808 2012-03, il faudrait donc désormais parler de plastiques oxobiodégradables et non plus de plastiques oxodégradables. En attendant, peut-être, qu’une norme voie bientôt le jour pour clarifier définitivement le débat.

(Avec la rédaction d’Emballages Magazine)

Partagez cet article :

Rechercher

offre

Espace publicitaire

Thématiques

Découvrez E-plasturgy

#SOUS_TITRE

www.e-plasturgy.com est la première plate-forme européenne dédiée à la filière plasturgie.

Elle s’appuie sur de nombreux services développés spécifiquement pour les industriels du secteur :

- une lettre d’information électronique ;
- un annuaire de sociétés, de produits et d’équipements : France Plastiques ;
- une place de marché du matériel d’occasion ;
- un service d’offres d’emploi.

Découvrez e-plasturgy !