Envoyez l'article par e-mail :

Déchets agricoles : Adivalor recycle plus malgré la crise

lundi 15 février 2021, par Bakhta JOMNI

Cet article appartient aux thématiques :

Malgré la crise sanitaire qui a perturbé la collecte des déchets plastique agricoles, leur recyclage est en hausse.

Adivalor, organisme de collecte et de revalorisation des déchets d’agriculture (emballages, plastiques usagés, films, filets, ficelles et équipements de protection...) a signé le 15 janvier dernier avec Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, un avenant à l’accord-cadre mis en place en 2016. Ce dernier a ainsi été prorogé jusqu’à fin 2023 avec des objectifs ambitieux dont le « 100 % de recyclage ». L’occasion pour l’organisme, qui fête cette année ses 20 ans, de faire le point sur l’année 2020.

“L’écosystème Adivalor a été résilient avec une adaptation au contexte sanitaire. Les agriculteurs ont organisé leur stockage pour pouvoir repousser les collectes. Mars et avril ont donc enregistré des faibles taux de collecte qui ont été rattrapés en fin d’année”, note Christophe Grison, président d’Adivalor.

Ce sont donc 85 000 tonnes de plastiques usagés qui ont été collectées soit 5000 tonnes de plus que l’année précédente. “Hormis les films de paillage usagés qui sont plus difficiles à recycler car souillés, près de 90 % de ces déchets sont recyclés”, précise Pierre de Lépinau, directeur général d’Adivalor.

Malgré la forte augmentation des coûts logistiques et de valorisation, liée à l’effondrement de la chaîne de valeur du recyclage, amorcée en 2019 et amplifiée en 2020 par la crise sanitaire, l’équilibre économique a pu être préservé grâce à l’augmentation des écocontributions qui financent à 70 % Adivalor, le reste étant apporté par la vente des produits recyclables.

Des objectifs atteignables

Le gisement contributeur est aujourd’hui évalué à 116 000 tonnes. Pour atteindre son objectif de 100 % collecté, 100 % recyclé, Adivalor mise d’abord sur l’augmentation du taux de collecte.

“Dans le sud de la France, chez les viticulteurs, et en Bretagne et en Normandie, du côté des éleveurs, nous avons encore une marge de progression”, remarque Christophe Grison. Consolidation et développement des filières de recyclage, travail sur la réduction à la source et relocalisation industrielle sont les grands axes du programme établi pour les années à venir.

La prorogation de l’accord-cadre signée avec Barbara Pompili, prend en compte les orientations voulues par la loi Agec et prévoit la mise en place d’ici à 2023 d’une écomodulation pour soutenir l’amélioration de l’écoconception des emballages et produits plastique utilisés en agriculture. Elle soutient par ailleurs la mise en place de trois unités de recyclage des films agricoles, filets de conditionnement et big-bags sur le territoire français.

Partagez cet article :

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP | Paramétrage Cookie