Envoyez l'article par e-mail :

Du rPS apte au contact alimentaire en 2023

lundi 22 février 2021, par Henri Saporta

Alors que Danone est sorti de la boucle, Syndifrais invite à ne pas enterrer trop vite les pots de yaourt en PS.

Réunis au sein de Syndifrais, les fabricants de produits laitiers frais s’engagent à incorporer dans leurs pots de yaourt du polystyrène (PS) recyclé (rPS) issu du tri et de la collecte sur le principe de la boucle fermée.

Dévoilé le mardi 16 février, cet engagement volontaire, soutenu par Citeo, l’organisme agréé pour la valorisation des emballages et des papiers au titre de la responsabilité élargie des producteurs (REP), prend effet en 2023. La filière compte notamment s’appuyer sur les avancées du recyclage chimique pour parvenir à un matériau recyclé apte au contact alimentaire direct.

« Au travers du projet Recyqualipso en cours de finalisation et des travaux lancés par Citeo dans le cadre du consortium PS25, de nombreux enseignements et rencontres avec les acteurs de la filière du recyclage permettent d’envisager sereinement, avant la fin de l’année, l’émergence d’une filière industrielle de recyclage en France », explique l’organisation professionnelle.

Outre Citeo, Recyqualipso est un projet de la recherche et développement (R&D) lancé en 2019 par Syndifrais et Valorplast qui « vise à optimiser les technologies de recyclage par voie mécanique et chimique » pour améliorer le recyclage du PS.

Créé en juillet 2020, le consortium PS25 rassemble, quant à lui, plusieurs marques qui utilisent le PS à l’image de Lactalis, Triballat Noyal ou Yoplait mais pas Danone, poids lourd du secteur. Echelle industrielle

« Les pots en polystyrène pourront, à partir de 2023, prendre le chemin d’une filière de recyclage et non plus celui de l’incinération ou de l’enfouissement », indique Syndifrais. Alors que Danone a annoncé en mai 2020 sa volonté d’être sorti du PS en 2025 et développe, par exemple, le polyéthylène téréphtalate (PET), Muriel Casé, déléguée générale, enfonce le clou : « nous alertons sur la fausse bonne idée qui consisterait à condamner précipitamment le PS au profit d’autres résines. Sur le plan environnemental, une telle décision ferait basculer le marché vers des résines qui ne disposent pas de filières opérationnelles de recyclage en boucle fermée en France. Alors que quelques mois supplémentaires nous permettrons de finaliser les essais en cours pour valider le passage à l’échelle industrielle du recyclage du PS ».

Les produits laitiers frais et assimilés utilisent environ 65 000 tonnes de PS par an. Cet « engagement engagement majeur » vise « à assurer la viabilité économique pour tous les acteurs de la filière ».

Refus de tri

Lors de la mise en place d’Eco-Emballages en 1992, la priorité avait été donnée à la collecte et au recyclage des bouteilles et flacons en polyéthylène haute densité (PEhd) et PET, les autres plastiques partant en valorisation énergétique ou en enfouissement.

La faillite de la filière du recyclage des bouteilles en polyvinyle de chlorure (PVC), rapidement remplacé par le PET, avait alors calmé les ardeurs. Faisant jusqu’à maintenant l’objet de refus de tri bien que portant le Point vert, les très symboliques pots de yaourt rejoignent progressivement l’élargissement des consignes de tri à l’échelle nationale. Tri ou pas tri ? Plus besoin de tourner au tour du pot.

Partagez cet article :

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP | Paramétrage Cookie