Envoyez l'article par e-mail :

La Fondation Ellen MacArthur appelle à l’action

mardi 10 novembre 2020, par Bakhta JOMNI

Cet article appartient aux thématiques :

La Fondation Ellen MacArthur enjoint les signataires de l’Engagement mondial pour une nouvelle économie des plastiques à redoubler d’efforts pour atteindre les objectifs fixés pour 2025.

Le deuxième rapport d’avancement de l’Engagement global pour la nouvelle économie des plastiques vient d’être publié par la Fondation Ellen MacArthur. Il examine la façon dont les signataires, qui représentent ensemble plus de 20 % du marché des emballages en plastique, parviennent à atteindre leurs objectifs pour 2025.

Une base de référence quantitative avait été fixée par le premier rapport en 2019. Le rapport 2020 donne quant à lui un premier aperçu de la trajectoire des progrès réalisés par rapport à cet état des lieux.

Une progression a ainsi été constatée au cours de la première année suivant la signature de l’Engagement. Les progrès concernent notamment l’incorporation de contenu recyclé dans les emballages plastique et l’élimination progressive des catégories d’emballages plastique problématiques les plus communément identifiées, telles que le PS, le PVC, le noir de carbone indétectable, les sacs plastique à usage unique et les pailles.

Un effort insuffisant

Le rapport note cependant qu’une accélération substantielle des progrès sera nécessaire dans les années à venir pour atteindre les objectifs de 2025. Ainsi, la Fondation Ellen MacArthur estime que la recyclabilité des emballages plastique et la réduction du besoin d’emballages à usage unique restent insuffisants. “ Les progrès réalisés pour passer à des emballages réutilisables sont limités et les efforts d’élimination restent concentrés sur un ensemble relativement restreint de matériaux et de formats”, déplore le document de 76 pages.

Les efforts fournis par les signataires pour répondre aux objectifs fixés sont inégaux. Des différences importantes dans le rythme des progrès sont relevées. “Si certains ont fait de grands pas en avant, d’autres n’ont que peu ou pas progressé par rapport aux objectifs quantitatifs. Nous demandons instamment aux signataires qui ont fait des progrès limités cette année d’accroître considérablement leurs efforts pour s’assurer qu’ils sont en bonne voie pour respecter leurs engagements de 2025”, insiste la Fondation.

Suite à ces conclusions, la Fondation et le Programme des Nations unies pour l’environnement lancent quatre appels à l’action :

• La prise de mesures énergiques pour les types d’emballages qui ne sont pas recyclables aujourd’hui, soit en élaborant et en appliquant une feuille de route crédible pour mettre en place des filières de recyclage efficaces, soit en innovant de manière décisive pour s’en écarter.

• L’instauration d’objectifs de réduction ambitieux.

• La mise en place par les gouvernements de politique et de mécanismes qui assurent un financement spécifique et stable de la collecte et du tri, grâce à des contributions équitables de l’industrie, à l’image de nos REP.

• La définition d’une orientation mondiale et la création d’un cadre d’action international, par l’intermédiaire de l’Assemblée des Nations unies pour l’environnement.

Partagez cet article :

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP | Paramétrage Cookie