Envoyez l'article par e-mail :

Le plastique dans tous les sens

vendredi 24 septembre 2021, par Fabian Tubiana

L’Arc de Triomphe drapé d’un manteau de polypropylène  ! L’œuvre posthume de Christo et de sa femme Jeanne-Claude trône sur la place de l’Étoile à Paris jusqu’au 3 octobre. Un extravagant paquet cadeau composé de plusieurs milliers de mètres carrés de tissu en polypropylène argent bleuté qui montre combien le plastique est capable de changer de peau suivant les besoins. Selon la volonté des artistes, les Parisiens ont pu durant deux semaines venir voir et toucher l’œuvre d’art. «  Ce sera comme un objet vivant qui va s’animer dans le vent et refléter la lumière. Les plis vont bouger, la surface du monument devenir sensuelle  », expliquait Christo en 2018.

Le plastique est, comme peu de matériaux, capable de faire appel à nos cinq sens. C’est même celui qui offre la plus grande diversité en matière de toucher, de textures. Des manches d’outils «  soft touch  » par exemple aux emballages, testés par Procter & Gamble, assortis d’un marquage spécifique permettant aux malvoyants de distinguer shampoings et après-shampoings

Et jusque dans les allées des salons professionnels  : «  On sent chez les industriels ce désir de s’asseoir ensemble autour d’une table, de voir des échantillons, de toucher la matière…  », observe ainsi Pascal Galli, chef de projets Plasturgie chez Business France qui accompagne les industriels français à la Fakuma où ils seront enfin de retour en chair et en os à Friedrichshafen (Allemagne) du 12 au 16 octobre.

Les polymères ont aussi cette capacité d’attirer la lumière et les regards ou, au contraire, d’afficher une transparence fort prisée des spécialistes du marketing. Mais aussi d’absorber les bruits indésirables dans une voiture, de conduire la musique comme ces enceintes acoustiques nomades en ABS et même de sublimer le son. «  Les instruments de musique destinés aux professionnels intègrent de plus en plus de composites polymères pour s’approcher au plus près du son parfait  », notait ainsi PlasticsleMag en janvier 2020.

Le dossier du magazine de Plastics Europe rappelait également la capacité des plastiques à encapsuler les odeurs, puis à progressivement les restituer, par exemple pour faire persister la fameuse «  odeur de neuf  » appréciée par certains acquéreurs de voitures.

Enfin, même le goût est concerné  : des chercheurs ont récemment réussi à synthétiser de la vanilline, la substance aromatique que l’on trouve dans les gousses de vanille, à partir de PET de bouteilles usagées… Ou comment combiner avec bon goût économie circulaire et innovation !

Partagez cet article :

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP | Paramétrage Cookie