Envoyez l'article par e-mail :

Livraison de repas : les emballages plastique au pilori

vendredi 19 février 2021, par Fabian Tubiana

Une charte d’engagement vise le développement du réemploi mais aussi l’abandon des résines les plus problématiques à recycler.

Diviser par deux d’ici au 1er janvier 2022 et de 70 % un an plus tard les emballages en plastique à usage unique utilisés pour la livraison de repas. C’est le principal objectif de la charte signée ce lundi 15 février entre dix-neuf acteurs du secteur (Uber Eats, Deliveroo ou Tiptoque notamment, mais aussi Frichti ou Foodchéri) et le ministère de la Transition écologique.

Signée également par des sociétés spécialisées dans des systèmes de réutilisation d’emballages ou de consigne et des fabricants et fournisseurs d’emballages ou contenants, la charte d’engagement vise en outre la fin de la livraison systématique de couverts et de sauces dès ce 1er mars 2021, le lancement de douze expérimentations de réemploi (dont des dispositifs de consigne) et un objectif de 100 % d’emballages recyclables au 1er janvier 2022.

Les résines « les plus problématiques à recycler » (PVC, PS, PET opaque et complexes) devront en outre être bannies dès le 1er juillet 2021. Figurent également parmi les dix engagements, la réduction d’ici à 2023 des emballages jetables de regroupement de plats utilisés pour la logistique entre les cuisines, les entrepôts et les points de livraison, en les substituant par au moins 70 % de bacs réutilisables. Ou encore, le renforcement de la sensibilisation des consommateurs et de l’information qui leur est livrée sur le geste de tri à domicile comme en entreprise.

Un comité de suivi se réunira régulièrement et une communication sur l’avancement de ces engagements sera réalisée tous les six mois, assure un communiqué des pouvoirs publics.

La signature de cette charte intervient quelques mois après que l’ex-secrétaire d’État Brune Poirson a invité le secteur à formuler des propositions concrètes pour réduire la quantité de déchets générée par son activité.

Plus de 200 millions de repas ont été livrés en 2019, générant plus de 600 millions d’emballages à usage unique, selon le ministère de la Transition écologique qui évoque une croissance de 20 % par an, qui plus est dopée par la crise sanitaire.

© Ministère de la Transition écologique

Partagez cet article :

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP | Paramétrage Cookie