Envoyez l'article par e-mail :

Nouvelles REP : la Cité 3R accompagne les plasturgistes

jeudi 1er juillet 2021, par Fabian Tubiana

Cet article appartient aux thématiques :

Exclusif - Le centre technique IPC lance le projet Cité 3R pour guider les industriels de la plasturgie sur le chemin des nouvelles filières REP.

Accompagner les industriels dans la mise en place des nouvelles REP créées par la loi Agec. C’est l’objectif du projet « Cité 3R » lancé par le Centre technique industriel de la plasturgie et des composites IPC. À partir de 2022, en effet, des filières de responsabilités élargies des producteurs doivent être mises en place dans le secteur du bâtiment, du sport et loisirs, du jouet, du bricolage et du jardin.

« Ce projet est réellement structurant pour IPC. L’idée est de créer un équivalent du Cotrep, Comité technique pour le recyclage des emballages plastique, pour chaque nouvelle REP. Nous devons aider les plasturgistes face à ces nouveaux défis », explique Yves Schmitt, directeur des Relations clients du centre technique à Plastiques & Caoutchoucs Magazine.

Le concept fondateur ? « Mettre les plasturgistes au centre de leurs écosystèmes, à savoir les autres acteurs industriels, les acteurs du recyclage, les acteurs de la collecte, les clients, les éco-organismes, les pouvoirs publics et les citoyens », répond-on chez IPC qui veut « aller vite » et engage un budget de 2 millions d’euros sur 2 ans et embauche 5 personnes.

« La Responsabilité élargie du producteur repose sur le principe que les producteurs sont responsables des produits qu’ils mettent sur le marché, et ce jusqu’à leur fin de vie. En découle l’obligation pour eux d’assurer la collecte et le traitement de leurs produits devenus déchets. Cela nécessite d’avoir une réflexion plus globale sur les notions d’écoconception des produits, de recyclabilité opérationnelle, d’intégration de matières plastiques recyclées, de réparabilité, de réemploi et de réduction de matière pour que les produits mis sur le marché répondent parfaitement aux exigences des nouvelles REP », spécifie un communiqué évoquant notamment une collaboration avec « les acteurs du recyclage, du tri, et des structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) spécialistes de l’économie circulaire comme Triveo. »

Dans la pratique, un comité du Recyclage et un comité de la Réduction et du Réemploi seront créés pour chaque nouvelle REP. Objectif : « définir les notions de recyclabilité d’un produit, ses règles d’écoconception et notamment l’évaluation de son analyse du cycle de vie », et, « réduire la consommation de matière plastique dans la fabrication des objets et favoriser la réutilisation des objets en plastique ».

La mise à disposition de plateaux techniques et de plateformes technologiques est également à l’ordre du jour. La ligne pilote de test de la recyclabilité des emballages et produits souples, qui sera inaugurée le 23 septembre à Bellignat (Ain), mise en place dans le cadre du projet DIS 30 et financée par la région Auvergne-Rhône-Alpes, est concernée.

IPC souhaite en outre travailler au renforcement de la connaissance en termes de sécurité et d’innocuité des plastiques (microplastiques, perturbateurs endocriniens, contrôle qualité des plastiques recyclées, identification des substances non-ajoutées intentionnellement…) et au développement de territoires d’expérimentation.

Pierre important du dispositif, enfin, la création d’une certification indépendante avec le Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE) sur l’intégration de plastique recyclé. « Celle-ci doit être accessible aux entreprises dès cet automne », précise Yves Schmitt.

Partagez cet article :

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP | Paramétrage Cookie