Envoyez l'article par e-mail :

Quand le PMMA devient flexible

lundi 21 décembre 2020, par Bakhta JOMNI

Arkema projette de vendre son activité PMMA, riche depuis septembre 2020 d’une nouvelle plaque acrylique flexible. Retour sur cette innovation.

Il est transparent mais peut être coloré, rigide mais s’adapte aux courbes. Le nouveau ShieldUp Flex d’Altuglas International a été pensé pour une plus grande facilité d’utilisation. Ce verre acrylique est désormais doté d’une qualité précieuse, la flexibilité. Après 70 ans de commercialisation d’un PMMA rigide, Altuglas International a en effet réussi à lever un verrou technologique pour donner naissance à cette nouvelle plaque acrylique.

“ Le verre acrylique est un très vieux polymère connu pour sa transparence. Il permet 92 % de transmission lumineuse, soit un peu plus que le verre minéral qui en transmet 90 %. Il est également recherché pour ses propriétés de dureté et de résistance à la rayure”, précise Jean-Marc Boutillier, responsable du développement de ShieldUp Flex chez Altuglas. Insensible aux rayons UV, il ne jaunit pas lorsqu’il est exposé comme le polystyrène ou le polycarbonate. “Il a en revanche une résistance mécanique relativement faible, à peu près égale à celle du verre minéral. Sa résistance chimique est également peu élevée et un agent chimique peut l’attaquer facilement par exemple un produit contenant de l’alcool”, poursuit M. Boutillier.

Résister aux chocs

Les équipes de recherche d’Altuglas International basées au Groupement de Recherches de Lacq ont travaillé sur la résistance aux chocs et chimique et développé il y a 8 ans Altuglas ShieldUp. “Nous avons utilisé un polymère de nature élastomérique et acrylique que l’on a ajouté à la matrice PMMA pour apporter résistance aux chocs et chimique. C’est une technologie de base flexibloc, une marque d’Arkema”, détaille Jean-Marc Boutillier. Cette plaque, commercialisée en 2012, devait permettre de nouvelles applications comme le vitrage automobile qui nécessite de surmonter des tests de chocs et chimiques. La plaque ShieldUp a notamment équipé la Renault Twizzy et permis à la marque Loeva de commercialiser un paddle transparent. En 2020, la plaque ShieldUp Flex a été développée en partant de la même technologie et en y apportant une propriété de flexibilité. “ Il nous a fallu environ 2 ans pour lever ce verrou de la flexibilité. C’est la base Flexibloc de nature élastomérique qui a permis d’apporter cet élément recherché”, précise M. Boutillier. Alors que par définition, lorsque l’on courbe un plastique de manière manuelle on y introduit du stress, l’ajout de la base Flexibloc a permis de supprimer cette fragilité supplémentaire mécanique et chimique en cas de courbure.

Faciliter la transformation

Altuglas International commercialise ce matériau auprès de thermoformeurs sous la forme de grandes plaques de 3x2 mètres. Cette innovation brevetée a été conçue pour simplifier l’assemblage d’une pièce. Sa résistance améliorée permet de davantage la percer ou la coller. “La flexibilité ne supprime en effet pas l’étape d’assemblage. Pour la courber, il faut exercer une force, mais dès que l’on relâche la plaque, elle revient à son état normal. Pour la plier à 90 degrés, il faudra donc la thermoformer Ces plaques peuvent également être sérigraphiées pour une impression ou pour masquer des points de collage”, note Jean-Marc Boutillier. L’épaisseur minimale proposée est de 2,5 millimètres et le courbage manuel pourra être facilement réalisé entre 2,5 millimètres et 4 millimètres.

Des perspectives infinies

ShieldUp Flex a été commercialisé le 23 septembre à l’occasion de la mise à l’eau du nouveau trimaran Arkema 4 dont il équipe les vitrages. Pour ce type d’application, un vernis (coating) peut être apposé pour améliorer la résistance à la rayure. Le matériau utilisé par exemple pour des verrières d’avion peut également être surfacé pour rattraper des rayures grâce à des polish ou des ponceuses orbitales avec des toiles émeri très fines

Ce nouveau matériau pourra aussi bien être utilisé pour des protections de bureau, des balcons, du vitrage industriel ou encore de l’éclairage. “ C’est un matériau dans l’air du temps qui peut également être proposé pour des applications du type écrans électroniques automobiles. La demande est très importante dans ce secteur et celui de l’électroménager. Le PMMA est par ailleurs compatible avec les applications d’écrans tactiles”, ajoute M. Boutillier.

Autre qualité du matériau : ses propriétés d’imprégnation ouvrent d’immenses perspectives. On pourra ainsi y ajouter des additifs antibactériens, antistatiques ou des pigments. “ Si vous trempez une plaque ShieldUp Flex dans un produit, l’imprégnation de surface pourra se faire sur 10 à 100 microns. Cela restera dans la plaque et se diffusera dans le temps. La plaque peut donc absorber des parfums ou être colorée. Elle pourra aussi diffuser du parfum pendant des années”, conclut M. Boutillier.

Partagez cet article :

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP | Paramétrage Cookie