Envoyez l'article par e-mail :

TEHP joue la sensibilisation

mercredi 22 septembre 2021, par Alexane Roupioz

À travers des projets éducatifs et la création d’une filière de recyclage des masques chirurgicaux, TEHP souhaite faire de la Plastics Vallée, un territoire pilote éco-innovant.

Diplômée de l’École nationale supérieure de chimie et de physique de Bor- deaux en ingénierie des polymères et plastiques, Laure Guerry a travaillé pendant près de dix ans en tant qu’ingénieur plasturgiste. En 2005, elle quitte le monde industriel pour devenir professeur de mathématiques en collège. Ses expériences professionnelles font naître en elle des questionnements qu’elle partage avec son mari, Hervé Guerry, président de deux entreprises spécia- lisées dans l’écoconception et le recyclage.

D’une part, les deux ingénieurs s’interrogent sur la problématique des déchets plastique hospitaliers et autres déchets plastique enfouis qui ne disposent pas de filière de recyclage. D’autre part, l’enseignante en mathématiques souhaite rapprocher les mondes éducatif et industriel ainsi que le grand public pour les faire travailler ensemble et lutter contre les idées reçues véhiculées par le « plastic bashing ».

« On ne nie pas les problèmes de suremballage et de pollution plastique, mais les discussions autour de ces problématiques sont souvent chargées en émotions, nous aimerions remettre de la science au cœur des débats en rappelant notamment l’utilité des analyses de cycle de vie », nuance Laure Guerry.

De ces réflexions naît, en 2018, le projet « Territoire à énergie humaine et positive » (TEHP) qui sera élu « Coup de cœur » de la région Auvergne Rhô- ne-Alpes (Aura) lors des rencontres de l’économie circulaire en juin de la même année. Désormais structuré en association, TEHP œuvre à la valorisation et au développement de pratiques industrielles engagées en économie circulaire. Et l’association forme et sensibilise les citoyens du territoire à ce sujet. Dans cette démarche de formation, TEHP a un projet éducatif à destination des élèves de la mater- nelle à Bac+5. Depuis 2019, l’association propose aux enseignants volontaires de mettre en place, dans leur classe, une collecte de déchets plas- tique scolaires. « Concrètement, il s’agit d’installer dans la classe un carton dans lequel les élèves déposent leurs règles cassées, leurs bouchons de stylos ou autres déchets plastique », explique la présidente de l’association. À la fin de l’année, tous les déchets collectés sont triés par des collégiens en fonction de la matière plastique à partir de laquelle ils ont été fabriqués : polystyrène (PS) ou polyéthylène (PE)/polypropylène (PP). Puis ils sont envoyés dans les locaux de la société Cycl-Add pour être broyés. Enfin, ils sont utilisés comme matière pre- mière pour fabriquer un nouvel objet (un porte-clé en forme de labyrinthe en 2019) dans les ateliers du Lycée Arbez Carme sur le Plasti’Campus de Bellignat, dans l’Ain.

Recycler des masques chirurgicaux

À travers ce projet, TEHP souhaite initier les élèves aux quatre grands principes de l’économie circulaire. « L’idée est de leur faire comprendre qu’il existe différents types de plastiques, qu’il est possible de diminuer la quantité de déchets jetés à la pou- belle, qu’on peut économiser de la matière première vierge, et que la matière recyclée permet de fabriquer des objets qu’ils récupèrent à la fin de l’année », détaille la présidente.

Plus d’une vingtaine de structures éducatives de la région Aura participent à la troisième édition de ce projet pour l’année scolaire 2021/2022. Parallèle- ment à ce projet phare, l’association propose des interventions sur les thèmes de l’économie circulaire et du recyclage, adaptées aux programmes de l’Éducation nationale. « Depuis plus d’un an et demi, certaines structures éducatives participent à la collecte des masques chirurgicaux usagés. Et cette année, j’ai eu des demandes d’intervention pour expliquer de quoi est composé un masque », explique Laure Guerry. Ces interventions font écho à la filière de recyclage des masques chirurgicaux jetables que TEHP met en place en partenariat avec des industriels de la Plastics Vallée. Les masques sont collectés à l’échelle nationale, désinfectés, puis la matière PP est valorisée dans deux filières. L’une, opérationnelle, de fabrication de pièces plastique éco- conçues avec les sociétés Cycl-Add et Créastuce. L’autre, en phase de mise au point industrielle, de fabrication de textiles (T-shirts) en PP recyclé avec la société Billon. « Cette dernière est un véritable défi, car la relocalisation du tissage et du textile en France est un enjeu primordial », souligne Laure Guerry.

Partagez cet article :

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP | Paramétrage Cookie