Envoyez l'article par e-mail :

Une transition écologique coûteuse pour la presse

vendredi 9 avril 2021, par Henri Saporta

Le coût du remplacement des films de routage en plastique par du papier est évalué à 26 millions d’euros.

Saisie il y a un an dans le cadre de la loi dite Antigaspillage pour une économie circulaire (Agec), une mission composée d’inspecteurs des ministères de la Transition écologique et de la Culture, soit le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) et l’inspection générale des affaires culturelle (Igac), devait évaluer les conséquences, pour les journaux et magazines imprimés, des mesures environnementales. Fort de douze propositions, le rapport officiel a été remis le mardi 6 avril.

En substance, l’interdiction des films de routage en plastique pour la presse à partir du 1er janvier 2022 et le remplacement des encres d’impression à base d’huiles minérales par des encres d’origine végétale en 2025 auront « un coût important » alors que le secteur est en grande difficulté. Soit environ 33 millions d’euros pour le seul chantier des encres. Pour le routage, les enveloppes en papier, plus plus chères et plus lourdes que le plastique, devraient représenter 12,6 millions d’euros en investissement, 6,2 millions de surcoût postal annuel et un surcoût de 7 millions par an pour les emballages. Soit près de 26 millions d’euros.

Bonus

La mission propose donc que l’Etat aide la filière à mettre en œuvre ces mesures, ce qui pourrait passer par des structures existantes comme le Fonds stratégique pour le développement de la presse et le Fonds de soutien à l’émergence et à l’innovation dans la presse. Le rapport recommande d’accorder un bonus aux publications qui anticiperaient l’interdiction des encres minérales et de repousser l’entrée en vigueur de cette mesure si des alternatives industrielles ne sont pas disponibles d’ici 2023. Par cohérence, il conviendrait d’étendre l’interdiction des films en plastique à toute la presse imprimée, qu’elle soit vendue en kiosque ou expédiée, et y compris pour les « publications adressées » à l’image des rapports d’activité ou magazines de marques.

e-bliss

Citeo, la société agréée pour la valorisation des emballages et papiers ménagers au titre de la responsabilité élargie des producteurs (REP), et le Centre technique du papier (CTP) ont validé une solution innovante à base de cellulose. Lancé dès 2017, e-Bliss est ainsi un projet de recherche et développement (R&D) qui a débouché sur un film de routage transparent doté d’une couche thermoscellable.

Découvrez la synthèse du rapport

Partagez cet article :

2014 © Infopro Digital | Mentions légales | Contact | Newsletter | RSS | S’abonner | Plan du site | SPIP | Paramétrage Cookie